AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▼ Messages : 121
▼ Points : 3
▼ Date d'inscription : 02/03/2015
avatar
MessageSujet: Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin   Lun 7 Sep - 18:56

Académie Perses - 20:14

Elle replaça une mèche de cheveux qui la gênait derrière son oreille. Le regard neutre, vide, Nayoung était immobile devant son miroir depuis plusieurs minutes maintenant. Elle venait de passer une énième nuit blanche et ça commençait à se voir sur son attention en cours. Et physiquement. Les traits fins de son visage étaient remplacés, au niveau des yeux, par deux demi-cercles noirs. Pour quelqu’un comme elle, qui faisait toujours attention à son apparence, laisser les cernes détruire son visage ainsi était un signe de la fatigue qui l’affaiblissait au fur et à mesure que les jours passaient. Même le fond de teint, même toutes les crèmes du monde ne pouvaient rien faire pour cacher cette immondice. L’avant-veille non plus elle n’avait pas pu fermer l’œil. Ou alors avait-elle dormi une ou deux heures ? Elle ne savait pas et ça n’avait même pas d’importance.
Nayoung tourna la tête, son regard fatigué se posant sur le lit à côté d’elle. Elle adorerait tellement pouvoir y retourner, s’allonger ne serait-ce que cinq petites minutes afin de reposer un maximum son corps douloureux.

Ce n’était pas non plus la première fois qu’elle passait une nuit blanche. Ses cours, ses entrainements l’avaient tenue éveillée bien plus qu’elle ne pouvait le supporter mais elle n’en faisait pas tout un drame. La seule raison pour laquelle elle semblait avoir pris cent ans dans la tête en quelques jours était qu’en plus de la fatigue, elle était constamment stressée. Depuis plusieurs jours, elle avait l’impression que quelqu’un la suivait. Partout. Absolument partout. Elle commença à se poser des questions et à penser qu’elle était peut-être devenue simplement folle car à cause de son école, du contexte actuel, elle voyait le mal partout. Mais ce n’était pas le cas. Maintenant elle était sûre que quelqu’un la suivait et elle ne sentait plus à l’aise dans sa propre chambre. Elle devrait en parler à quelqu’un. Plusieurs fois elle avait essayé d’en discuter avec sa colocataire de chambre mais elle ne souhaitait pas passer pour la dernière des folles. Alors elle s’était tut, laissant la peur s’emparer d’elle. Et voir si cette filature continuerait longtemps.

Mais là voilà, devant son miroir, jetant un dernier coup d’œil à son uniforme pour, qu’à défaut de son visage, lui soit parfait. Elle tira un coup sec comme pour enlever tous les plis inutiles de son haut et fit demi-tour pour atteindre le couloir.


La journée passa lentement. Elle prenait ses cours avec attention, ne laissant pas la fatigue la gagner et faisait de son mieux lors des pratiques physiques. Au moins pendant ces heures de cours, elle ne sentait plus ce regard angoissant sur elle et était donc un peu plus relaxée. Un petit peu. Elève sérieuse, mais n’aimant pas particulièrement ce qu’elle étudiait dans cette académie, elle faisait en sorte d’être attentive et d’être bonne élève au moins pour la partie théorique. Même si l’armée n’était pas ce qu’elle désirait faire, elle ne voulait pas gâcher des années de sa vie. Au moins, elle apprenait toujours quelque chose même si elle ne comptait pas continuer par la suite.

La dernière leçon et elle était libre pour la soirée. Elle rangea ses affaires pris une douche et suivit ses colocataires vers le réfectoire dans un bâtiment différent. Elle n’avait pas spécialement faim, le manque de fatigue lui donnait une nausée qu’elle n’arrivait pas à arrêter malgré les médicaments. Elle n’était pas malade. Juste fatiguée. Mais pourquoi fallait-il que ce sentiment de malaise soit présent lorsqu’on est en manque de sommeil ? C’était presque injuste.
Arrivée devant la porte du réfectoire, elle eut une autre idée et fit demi-tour non sans prévenir ses amies qu’elle allait se reposer dans la chambre.

Elle traina les jambes jusqu’au troisième bâtiment qui composait la grande académie Perses avant de lâcher un soupir peu discret. Elle se demandait si elle allait pouvoir dormir cette nuit mais c’était peut-être trop en demander ? Qui sait, peut-être que le démon qui la chasse depuis plusieurs jours allait la laisser tranquille un moment ? Au moins une nuit de répit ne serait pas de refus. Encore fallait-il que ce soit disant démon existe. Car si toutes ses impressions n’étaient que dans sa tête, que personne ne la suivait et qu’elle devenait simplement folle, elle pourrait s’inquiéter pour sa santé.

Arrivée au premier étage, elle fit une pause. Ses muscles la tirait, accumulé par la fatigue, elle s’autorisa quelques minutes pour souffler. Lentement, elle s’assit sur la dernière marche devant le couloir qui menait aux dortoirs des garçons de l’académie. La tête et l’épaule gauche posées contre le mur, elle ferma les yeux quelques secondes pour rejoindre inconsciemment les bras de Morphée. Elle s’en fichait bien, personne n’était présent à cette heure-ci. Surtout les hommes qui ne pensent que par leur estomac.

Elle rouvrit les yeux, doucement. Trente minutes s’étaient déjà écoulées.



I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 86
▼ Points : 1
▼ Age : 27
▼ Date d'inscription : 29/03/2015
avatar
Kang Shin
SERGENT
MessageSujet: Re: Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin   Dim 27 Sep - 14:41


Just pretend you don't know and hug me




L'ennui, le désintérêt, voilà ce qui gagne Shin depuis son arrivée dans cette académie – il y a de ça quelques années en plus. Il n'aime pas plus être sur le terrain. Non pas qu'il ait peur – mais cela peut bien évidemment lui arriver – c'est juste qu'il n'aime pas du tout ce qu'il fait. Cependant, il est un homme de parole, et même s'il n'a aucun plaisir à être soldat, il tiendra son pari jusqu'à la fin. En y repensant, le semi-japonais ne sait même pas s'il sera capable de reprendre une vie normale une fois l'académie finie, une fois cette guerre terminée. Optimiste dans l'âme, il croit en la cause des académiciens, du gouvernement et de la défaite du régime terroriste, même s'il aurait préféré n'avoir rien à faire dans toutes ces histoires. Les cours s'étant terminés comme ils ont commencé – c'est-à-dire, monotonement – Shin se rend au réfectoire en compagnie de sa petite troupe, celle qui se trimballe, celle, qui sans lui, n'oserai pas faire un poil de ce qu'ils font à ses côtés (sécher, fumer... ce genres de choses). Parce que sans le vouloir, ce gars est un meneur de troupe et que la solitude, c'est bon pour lui seulement le temps de quelques heures. Le brun s'est habitué à la nourriture de cette cantine et au bout de plusieurs années d'études ici, il s'étonne à l'apprécier quelques fois et à s'enjouer lorsqu'il est annoncé tous les jeudis « american food », en gros, un bon burger bien fade et gras. Mais ce soir, il ne tarde pas. Il veut sortir, s'amuser, s'évader un peu de se gris permanent qui orne les murs des enceintes militaires, et pour cela, il veut de la compagnie. Mais pas l'habituelle, il en veut de la féminine, de la charmante, de la troublante. Il veut Na Young.

Sans trop savoir comment, il a réussi à se rapprocher d'elle, de cette fille élégante trop éloignée de son monde à lui. Pourquoi ne le dégage-t-elle pas ? Il n'en sait rien, ne veut pas forcément le savoir (quoique) et surtout, ne s'en plaint pas. C'est ainsi, qu'il se dirige rapidement sous la douche et qu'une fois fini, il fonce au dortoir des mecs. Seulement, il ne s'attendait pas à retrouver la belle de ses rêves endormie sur les marches de l'escalier. Inquiet, le jeune homme s'approche d'elle et vérifie son état en touchant son front. Un peu chaud, mais pas au point à ce que cela soit de la fièvre. Elle respire fort, Na Young semble vraiment trop fatiguée. Tant pis pour la fête, il a au moins l'autre moitié de son plan : cette belle Aurore endormie, qu'il ne compte pas réveiller d'un baiser – du moins, pas encore. Alors il la porte et l'emmène dans sa chambre, la pose délicatement sur son lit et la recouvre de sa couverture après l'avoir déchaussée. Puis, il se retrouve comme un con, planté là devant elle, à ne savoir quoi faire. Alors il s'assoit à son bureau, et étrangement, ouvre un livre de cours. Se choquant lui-même, il décide de remédier à cette folie subite en gribouillant dedans, attendant de voir quand la demoiselle allait se réveiller.

Ce qui est le cas une bonne quinzaine de minutes plus tard. Jolie demoiselle ouvre les yeux et émet un petit son de geignement. Shin se retourne d'un geste, sur le qui-vive, et offre un sourire radieux à cette nouvelle éveillée. « J'pensais pas que les escaliers étaient plus confortables que nos lits, il faudra que j'essaie. T'en dis quoi toi du coup ? » Ose-t-il commencer d'un ton humoristique. Il s'approche d'elle pour lui donner une bouteille d'eau qu'il gardait en stock et s'assoit sur le lui, à ses côtés. « C'est pas ton style de faire ça » Déclare-t-il, cette fois-ci sur un ton inquiet « Qu'est-ce qu'il se passe ? »





sorry:
 


J'veux pas voir la réalité en face. M'dire que j'suis qu'un pion, c'm'enfoncer un pieu dans l'coeur. J'suis là pour évoluer et non pour régresser. Mais quand les trompettes jouent le morceau du jugement dernier, ma guitare et moi, on peut plus rien faire. J'suis pas défaitiste, mais mon optimiste a perdu sa route. Retour en arrière, aux temps primitifs, où la mélodie ne peut rien pour l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 121
▼ Points : 3
▼ Date d'inscription : 02/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin   Ven 16 Oct - 16:56

Elle tenta de remettre un peu mieux la couverture sur elle, laissant un bruit d’endormie se faire entendre dans la pièce. Cependant, elle n’était pas censée être dans un lit ou alors elle ne se souvenait plus de comment elle était passée du couloir à une chambre. Elle ouvrit alors les yeux brusquement, se fichant bien de la lumière de la pièce, paniquée. Et si quelqu’un la suivait bien depuis tout ce temps ? Et si, ce même quelqu’un avait profité de son état pour la kidnapper quelque part ? Sa respiration s’accéléra en même temps que la température de son corps augmenta, à cause du stress. Elle ne s’avait pas où elle était et, après tous ces jours d’angoisse, ça ne l’aidait pas à aller mieux.

Mais elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même, elle avait fait une erreur. S’endormir dans le couloir ne faisait déjà pas partie de ses habitudes mais se réveiller dans le lit d’un autre était pire. Le jeune fille gâtée sans être pour autant pourrie, qui faisait attention à ce qu’elle portait, recherchant toujours les dernières tendances sur des magazines avant d’être obligée de porter un uniforme – même en dehors de l’académie parfois. La jeune Nayoung qui, malgré son côté coquette restait prude et ne se laissait pas faire par les hommes, se retrouva dans le lit d’un inconnu. Elle était sûre d’être dans une chambre de garçon rien qu’à l’odeur qui régnait dans cette pièce et aussi parce qu’elle se souvenait de s’être endormie devant le couloir des hommes.

Mais c’est alors que la jeune coréenne se retourna dans ce lit inconnu qu’elle respira enfin normalement. Le stress et l’angoisse quittant son corps dans un soupir alors que ses yeux se referment de soulagement. Elle aurait presque eu envie de pleurer si elle n’avait pas été en présence d’une autre personne. Et quelle personne ! Relaxée, elle répondit à son sourire. Il ressemblait presque à un prince charmant qui venait de sauver une demoiselle en détresse. Version moderne bien sûr. Car le prince charmant n’était qu’autre que Kang Shin. Drôle de garçon qui avait approché Nayoung il y avait un bon moment de cela. Cette dernière s’était prise d’affection pour lui, continuait de le materner et de lui remonter le moral par moments. Il était un gamin précieux pour elle, bien qu’il ait pris l’habitude de se moquer d’elle en lui faisant des avances. Kang Shin avait assez de jeunes filles autour de lui et Nayoung ne se faisait aucune illusion quant au sérieux du jeune homme sur le sujet.

La future militaire le fixa avec une expression qui rappellerait un hibou. Elle avait tout de même le droit d’être surprise bien qu’elle connaissait l’identité de son kidnappeur. « Je ne savais pas non plus que tu te lançais dans le kidnapp’isme. Et pour ton information, les escaliers sont pires que douloureux. » Et elle pensait bien que mon dos avait eu le temps de souffrir avant que ce Shin la retrouve.
Elle accepta la bouteille qu’il lui tendit avant de se pousser pour lui faire une petite place à côté d’elle sur le matelas. Ça ressemblait presque à une de ces séries de seconde zone où, dans ce genre de situation, un rapprochement avait souvent lieu.

Si l’atmosphère avait été sur la joie et l’ironie la seconde d’avant, le ton changea brusquement lorsque le jeune coréen demanda des informations sur l’état de Nayoung. Que pouvait-elle bien dire ? Qu’elle avait l’impression de perdre la boule à cause d’une personne qui pourrait être tout simplement dans sa tête ? Hors de question. En aucun cas elle ne voulait pas passer pour une faible, et surtout pour une tarée. Surtout devant lui. La jeune femme se redressa, posant avec douceur son dos contre le mur derrière elle avant d’attraper la main du propriétaire de la chambre. « Je dois être juste un peu fatiguée… Tu sais avec les cours, les entrainements, tout ça… » Elle espérait que c’était une excuse suffisante pour l’instant. « Mais et toi, pourquoi est-ce que tu joues au prince charmant comme ça ? Tu aurais pu me laisser seule.. »

Inconsciemment, elle jouait avec les doigts de Shin, les pliants et les dépliants. « C’est juste la fatigue… Ne t’inquiète pas… Ça devrait être à moi de m’inquiéter pour toi. » Finit-elle dans un faux sourire.



I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Just pretend you don’t know and hug me | ft. Kang Shin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» HYE-NA.park _ sometimes i pretend to be normal but it gets boring so i go back to be me
» TO PLAY PRETEND.
» Don’t blame Haitians for election fiasco
» Vadim - You want to kiss me, don’t you ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  ::  :: In the battlefield - Perses Academy :: Bâtiment III :: 1er étage - Dortoir masculin-