AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le patriotisme n'a pas de frontières.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Le patriotisme n'a pas de frontières.   Mer 29 Juil - 22:31


I am the Maniac, I am nightmare, I am in the joker


I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Depuis mon retour in extrémiste de l’étranger, je vivais avec le poids de quelque chose d’inaccompli dans ma vie. Malgré tout, j’avançais dans le but de trouver ce qui me manquait pour combler ce vide qui commençait à être pesant dans ma vie. Afin de combler ce manque, je m’étais lancé dans une guerre interminable contre les trahisons de la nation. Tous les maux que connaissait le pays étaient causés en partie par les terroristes, mais aussi par ce que j’appellerais « le noyau » sans qui les terroristes ne pouvaient avancer correctement. Je pouvais accepter l’infiltration pour en être moi-même un spécialiste, mais ce que je n’accepterais jamais c’est la trahison. La Corée du Sud était ma patrie, celle pour laquelle je serais prêt à donner ma vie afin que la paix y règne dans le futur. Trois heures de repos étaient suffisants pour combler le manque de sommeil accumulé une journée et de réfléchir à la meilleure façon de tester la résistance de Sae Ra. Si elle était une infiltrée ou traitresse.

Bien que les nouvelles directives du gouvernement ne m’étaient pas vraiment plaisantes, je devais avouer qu’elle était utile quant au plan que j’avais mis en place pour la formation de Sae Ra. Je me méfiais de tous au sein de la brigade depuis les soupçons d’infiltration au sein même de la brigade. Je devais m’assurer que les futurs soldats du pays soient des personnes de confiance. Et la situation actuelle du pays n’est pas au mieux de sa forme, je devais donc mettre mon orgueil de côté et crée le soldat parfait, comme mon père l’a fait avec moi.

« C’est fait. »

Mon téléphone venait de sonner le message que j’attendais depuis mon réveil accompagné d’une photo de Sae Ra attaché sur une chaise dans un entrepôt et la tête couvert d’un sac. Tout c’était déroulé comme prévu. Nous avions rendez-vous dans un lieu public, c’était un endroit parfait pour la simulation de kidnapping que j’avais prévu. Il y avait beaucoup trop de monde, mais assez pour que la disparition d’une tierce personne passe inaperçu de tous.

Je sortis des locaux de brigade, pris un taxi pour me rendre vers une boutique qui me servait de couverture. Une fois à destination, j’échangeais mes vêtements avec un homme qui m’était semblable. Il avait été engageai par mes soins. Sa mission principale était de faire croire que j’étais sortie faire les magasins, il devait utiliser la carte de crédit pour laisser une trace et ainsi brouiller les pistes quant à mon absence.

L’entrepôt dans lequel était Sae Ra se situe à la limite de la frontière entre le Sud et le Nord. Il fallait une heure de voiture et vingt à pied. L’entrepôt étant désaffecté et abandonné des deux côtés, c’était le lieu idéal pour commencer la formation.


Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 45
▼ Points : 1
▼ Date d'inscription : 09/07/2015
avatar
Hwang Sae Ra
LIEUTENANT
MessageSujet: Re: Le patriotisme n'a pas de frontières.   Ven 31 Juil - 23:03

LE PATRIOTISME N'A PAS DE FRONTIÈRES ★ FEAT. DAE HO

Quand elle émergea enfin de sa torpeur, Sae Ra mit quelques temps à ouvrir les yeux. C’était une habitude qu’elle avait. Garder les yeux clos, le temps de retrouver ses esprits, de sentir, d’entendre, de toucher. Elle prit une inspiration, gardant la nuque courbée en avant. Ses mains se resserrèrent tout doucement. Une désagréable sensation de fourmillement parcourait le long de ses doigts, jusqu’aux poignets. Poignets qu’elle mit quelques secondes à sentir enserrés entre ce qu’elle imaginait être d’épaisses lanières de cuir. Quand son souffle souleva sa cage thoracique, elle devina une corde nouée sous sa poitrine. Prenant le temps de sentir chaque parcelle de sa peau, elle comprit qu’il en était de même avec ses chevilles. Un engourdissement dans les pieds, elle se représenta les creux rouges marquant sa peau, due aux fixations solidement nouées. Pourtant, la jeune femme ne bougea pas. Pas immédiatement. Elle prit le temps de relever ses paupières, de laisser ses cils se démêler, de voir ce qui semblait être un sac en papier, à quelques millimètres de son nez.

Quand elle tenta de lever une main pour frotter ses paupières, elle comprit qu’elle était solidement attachée sur une chaise. Que s’était-il passé ? La courbe de sa nuque toujours en avant, l’académicienne tâcha de mettre un peu d’ordre dans ses souvenirs.

Elle avait quitté le dortoir de l’académie à l’aube. La veille, on lui avait donné un ordre de mission en ville. A vue de l’agitation de ces derniers temps, de plus en plus d’étudiants étaient envoyés sur le terrain pour assister la brigade, et comprendre la réalité du terrain. Cette fois-ci, elle devrait aider l’agent Chae, lui avait-on expliqué. Elle n’avait pas bronché, motivée à l’idée de quitter les bancs de Persés pour le temps d’une journée. La jeune femme s’était donc rendue au point de rendez-vous convenu. Elle se vit en uniforme, en train de patienter devant un imposant bâtiment, à observer les gens dans la rue. La suite vint plus difficilement. Elle referma les yeux pour mieux se concentrer, toujours silencieuse. Elle crut se souvenir d’avoir basculée en arrière, enserrée par surprise. Une main avait plaqué une compresse – sûrement imprégnée de chloroforme – devant sa bouche. Elle s’était vaguement débattue, et… Plus rien. Elle imaginait très bien la suite.

Tout doucement, Sae Ra redressa la tête. Malgré le sac en papier disposé sur sa tête, elle planta son regard droit devant elle, toujours muette. Ses ravisseurs étaient sûrement là, devant elle. Elle tenta de comprendre. En toute logique, ces hommes devaient être des terroristes. Par le biais d’un informateur, ils avaient dû savoir que cette rencontre entre Sae Ra et le brigadier Chae allait avoir lieu. En la voyant sur place, ils avaient probablement décidé d’en faire une otage. Ou au moins, de tenter de lui soutirer des informations. Elle serra la mâchoire à cette pensée, mais ne perdit pas de son calme. Dans un geste désespéré, elle se débattit quelques peu, en vain. Elle secoua la tête. « C’est pas vrai… » marmonna-t-elle, essayant de ne pas céder à la panique. Elle releva le visage, toujours en direction où elle supposait être ses ravisseurs. « Vous perdez votre temps. » commença-t-elle, le ton saccadé, avant de poursuivre. « Je ne dirai rien ! » Dans une dernière tentative, elle tâcha de délivrer un de ses bras. Néanmoins, elle arrêta bientôt, entendant une porte claquer. L’écho d’un pas tranquille remonta jusqu’à ses oreilles. Inutile de demander de qui il s’agissait – puisqu’elle était convaincue d’être aux griffes des terroristes. Elle se contenta de river son regard en direction du bruit, attendant d’entendre une voix confirmant ses suspicions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le patriotisme n'a pas de frontières.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le patriotisme n'a pas de frontières.
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Fermetures des frontières
» [Histoire et Géographie] Frontières, Rois etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  ::  :: Somewhere else :: Corée du Nord-