AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 nayoung ★ bomb scare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▼ Messages : 83
▼ Points : 2
▼ Date d'inscription : 07/03/2015
avatar
MessageSujet: nayoung ★ bomb scare   Dim 10 Mai - 1:50

BOMB SCARE ★ FEAT. NA YOUNG

Do Jin était là. Planté au sol. Incapable de bouger. Il regardait cet homme s’éloigner. Cet homme responsable d’un futur attentat. Le jeune homme ne savait pas pourquoi il n’était pas en mesure d’amorcer le moindre geste, ni le moindre pas. Il était tout juste capable de garder le regard rivé sur cette silhouette s’éloignant d’un pas paisible. Cette même silhouette qui aurait pu être responsable de la mort de ses parents. Do Jin n’en savait rien. Tout ce dont il était sûr, c’était qu’un terroriste était à l’origine de la mort de ses parents. Maintenant, comment être sûr que c’était ce même individu qui était à l’origine de ce même incident ?

Cet homme n’avait donné aucune réponse aux questions qu’il avait posées. Il avait juste laissé un sourire mesquin flotter à ses lèvres, avant de tourner les talons en silence. Il s’était éloigné en silence, le regard de The Chaser planté dans le dos. Il avait décidé de le mettre à l’épreuve. Il avait insinué avoir affaire à un justicier de pacotille. Ces mots avaient fait du mal à Do Jin. Même si le jeune homme avait conscience de n’être qu’une piètre menace pour les terroristes, il avait encore espoir de découvrir leur secret. Même une moindre information. Ou un nom. Quel qu’il soit.

En tout cas, cet homme qui lui avait tendu un piège semblait être au courant de son existence, aussi piètre soit-elle. Il lui avait dit qu’il ne lui laissait qu’une heure et demie pour désamorcer cette bombe qu’il avait abandonnée au pied d’un immeuble. Une épreuve. Une embuscade. Quel intérêt pour une menace sans grande importance pour l’organisation terroriste ? L’inconnu semblait juste vouloir le mettre face à l’évidence ; il ne faisait pas le poids. Et effectivement, Do Jin ne faisait pas le poids. Il ne pouvait faire face à une menace du genre. Il ne savait pas comment désamorcer la bombe. Malgré tous les efforts qu’il puisse y mettre, il avait plus de chances d’avancer l’échéance, plutôt que de l’attarder – ou dans le meilleur des cas, de l’annihiler.

Le regard du garçon se porta à nouveau sur le boîtier posé au coin d’une ruelle. D’ici une heure et demie, le paysage serait transformé en simples ruines. Derrière son masque en néoprène, il humecta ses lèvres d’un rapide coup de langue. Sous ses yeux, le compte à rebours défilait. Une heure vingt-huit.

Un court instant, la panique s’empara du jeune homme. Il ne voulait pas être « responsable » de la mort de nouveaux citoyens ou tout bonnement, de la destruction d’un nouveau bâtiment en ville. Et pourtant, faire appel à la brigade lui semblait inacceptable. Sans nul doute parce que cette dernière mettait davantage de temps à baliser l’endroit qu’à désamorcer l’engin. Bande d’incapables. Qui plus est, la brigade l’avait déjà dans le collimateur. Et intercepter le jeune homme sur le lieu d’un crime serait une bonne raison supplémentaire pour l’incriminer, en plus de tords qu’il avait.

Ne lui restait plus qu’une seule solution, qui ne l’enchantait guère, loin de là. Cette étudiante chez Athéna, dont il avait récupéré le téléphone lors de l’attentat à Gangnam. Il avait pris pour habitude de garder le cellulaire sur lui. Au cas où, pour lui soutirer quelques informations. De sa poche, il tira le téléphone. Fouillant dans le journal des appels, il trouva un nom qui revenait fréquemment. Ha Na. Sans trop hésiter, il composa le numéro, rabaissa son masque pour se faire entendre. Quand une voix se fit entendre, il dit d’un ton autoritaire ; « Passe-moi Na Young. » Quelques courtes secondes passèrent, la voix de la concernée surgit. Il ne la laissa pas dire grand-chose. « J’ai besoin de tes talents en désamorçage. Une bombe, à Gangnam, juste au coin du Cinema Club. Fais vite. » Et croyez-le ; c’était vraiment à contre cœur, le ventre tordu, qu’il faisait cette requête.


KIND INSIDE, HARD OUTSIDE
new world order leaves nothing, but chains. wash the blood of your hands, think for your self. it's time to do away with the betrayal and become the inventor of human happiness. damp down the fire of wars, but if they want war, let them beat each other. go against a wind, after all its the only way to expand your flag. just be yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 121
▼ Points : 3
▼ Date d'inscription : 02/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   Dim 17 Mai - 12:09

Je fulmine. Je me tourne et me retourne sur mon matelas, mes jambes se battant avec les draps qui m’empêchent de me mouvoir correctement. J’ai envie de hurler. Et voir Hana se moquer de moi ne m’aide pas. Ce n’est pas grand-chose me dit-elle. Que j’aurais pu perdre plus qu’un simple portable. Que j’aurais pu perdre ma vie plutôt qu’un simple objet connecté. Mais c’est tout de même mon téléphone portable ! J’avais tout dedans, des photos, mes applications qui m’envoyaient les dernières tendances de la mode et surtout beaucoup de souvenirs ! J’espère juste que celui qui a ramassé mon téléphone ne lui a rien fait de mal. Je sais, c’est peut-être exagéré comme réaction, surtout pour une personne qui s’entraine tous les jours pour sauver des vies et combattre contre l’ennemi. Mais je suis comme ça ! Je suis coréenne et comme tous bons coréens qui se respectent, il n’y a rien qui nous rend mieux que d’avoir son portable à la main !

« AAAAAH. Mais pourquoi il a fallu que je le laisse tomber ! D’accord, il y avait plus important comme sauver les vies à l’hôpital mais maintenant que le danger est écarté ▬ ou presque ▬ j’aimerais bien qu’on me rendre mon portable ! » C’est le même discours depuis quelques jours maintenant. Et je suis sûre que si Hana l’entend encore une fois de plus, elle me filerait la gifle du siècle.

Je pourrais aller m’en racheter un. Mais il faudrait que je trouve du temps pour sortir et je ne sais pas quand sera ma prochaine autorisation. Je soupire, me retournant à nouveau dans mon lit. Je devrais peut-être me préparer surtout pour les activités qui arrivent. Je soupire, encore. Je n’ai pas le courage pour une journée de plus d’entrainements, pour aller me trainer dans la boue et manier les armes. Et quand bien même, si je suis limite pour le corps à corps ▬ je remercie quand même ma souplesse qui me permet de mieux me mouvoir ▬ je suis encore pire pour le tir à l’arme à feu. Je ne pourrais pas être sniper, ça c’est sûr. Ce que je préfère, c’est bien les choses qui explosent et qui peuvent faire beaucoup de dégâts. Au moins c’est clair, un peu de fils par-ci, par-là, et même pas besoin de viser ! Ouais, j’aime beaucoup les explosifs. Mais, tout de même, ce que je préfère c’est quand même d’éviter l’explosion, d’où ma spécialité dans le désamorçage. C’est bien beau de tout connaitre sur ces petites machines, mais c’est encore mieux de savoir les arrêter, surtout pour sauver des vies.

Je sursaute lorsque Hana arrive en courant dans notre chambre, portable à la main. Je suis prête à me redresser pour lui dire d’aller se faire voir avec son téléphone, mais l’expression inscrite sur son visage me dit que ça pourrait être important, et un appel pour moi. J’ai l’habitude des urgences et je ne perds pas de temps avec de vulgaires blagues que je m’empare de l’objet pour le plaquer contre mon oreille. J’ai à peine le temps de sortir un oui ? qu’une voix d’homme se fait entendre pour me donner un lieu et me demander ▬ pas de la façon la plus aimable ▬ de l’y retrouver le plus vite possible. Sans un mot, je fais un vol plané pour sortir de mon lit, enfile le premier t-shirt qui me vient sous la main et un minishort en jean rapidement. Je lance un regard qui se veut rassurant à Hana et sors en courant de la chambre, non sans avoir mis mes rangers avant.

Je ressemble à rien, je ne suis pas coiffée, pas maquillée avec un style que l’on devrait grader enfermé chez soi, mais c’est bien le dernier de mes soucis. Et dire qu’à la dernière attaque terroriste, j’étais presque à y aller en talons hauts… J’espère juste que je ne vais faire peur à personne sans mon maquillage.
Je cours dans les couloirs, passe les portes qu’il faut et arrive enfin dehors. Je ne perds pas plus de temps et continue mon sprint jusqu’à l’endroit annoncé. Je me fiche bien si je suis punie pour ne pas être allée aux entrainements, mais c’est un cas d’urgence. Enfin j’espère ? Après tout, cette personne qui appelle depuis mon téléphone peut être n’importe qui. Je vous jure que si c’est encore un de ces maudits terroristes, je le mets en pièces.

Au bout d’une bonne heure de course à pieds et de trajet en métro, j’arrive près du cinéma club. Je fais une pause, le temps de reprendre mon souffle et ne pas crever avant même d’être arrivée. Je continue en trottinant, cherchant du regard celui qui m’a appelée. Je me tourne et retourne, ne voyant personne suspect d’être l’auteur de cet appel. Ça m’énerve et je peux sentir le stress monter en moi en même temps que l’adrénaline s’efface. Au bout d’une minute à tourner en rond, je lâche un grognement, montrant bien ma frustration. « Mais où est-il cet imbécile !! Je vous jure, si c’était une blague, je le retrouve et le mets à terre ! »



I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 83
▼ Points : 2
▼ Date d'inscription : 07/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   Sam 30 Mai - 0:34

BOMB SCARE ★ FEAT. NA YOUNG

Na Young n’avait pas eu le temps de répondre quoi que ce soit, l’appel ayant été rapidement abrégé. Pourtant, Do Jin était convaincu qu’elle viendrait. Si la motivation de désamorcer une bombe ne suffisait pas à la jeune femme, elle viendrait au moins dans l’espoir de pouvoir récupérer son téléphone, et mettre un visage sur celui qui avait commis le larcin. Il avait rangé le téléphone dans sa poche, le gardant sous la main au cas où. Maintenant, il n’avait plus qu’à attendre et espérer que l’étudiante arrive rapidement sur les lieux du crime. Le regard à nouveau rivé sur la bombe posé au pied de l’immeuble, il était allé s’asseoir à quelques mètres de là.

Les alentours étaient restés déserts. Do Jin était rassuré de voir que personne n’avait eu l’idée d’appeler la brigade. Peut-être le terroriste avait-il fait en sorte que cela n’arrive pas. Après tout, il avait bien précisé au jeune homme qu’il était inutile de compter sur les secours. Mais c’était sans prendre en compte le fait que ce dernier puisse avoir un joker dans son jeu…

Les minutes défilèrent. En attendant que Na Young débarque, Do Jin ne sut trop que faire. Il se contenta de traîner, s’assurant qu’aucun civil n’ait la bonne idée de pointer le bout de son nez. De temps à autre, il jeta un coup d’œil au cadran digital sur le boîtier. Plus l’échéance approchait, plus le jeune homme sentait une boule se former au creux de son ventre, l’agitation et l’agacement montant de façon exponentielle. Plus que trente minutes. Vingt-cinq. Vingt…

L’écho de pas pressés au loin le fit se retourner. Au coin d’une rue, il vit une silhouette longiligne, pressée et probablement essoufflée, un peu perdue. Toute bonne nouvelle cette présence puisse-t-elle être, Do Jin ne put que froncer davantage les sourcils, agacé. Il était temps. Après avoir réajusté son masque, il s’avança de quelques pas, et éleva le bras pour faire signe à l’étudiante de le rejoindre. Une fois l’eut elle remarqué, elle s’empressa de le rejoindre.

En simple guise de salutation, Do Jin se contenta de lui adresser un signe de tête. « La bombe est là. » dit-il, en désignant l’engin au coin de l’immeuble. Ce faisait, il regarda le cadran. Plus que dix-neuf minutes. « Tu auras le temps ? » s’enquit-il, avant de relever un détail qui le rendait perplexe. « Tu n’as rien amené pour la désamorcer...? » Son ton était un peu plus dur. Il n’y connaissait certes rien en désamorçage… Mais voir l’Athéna se ramener les mains dans les poches avait de quoi le rendre un peu inquiet. « Merci d’être venu, en tout cas. » Le ton était un poil agacé – la faute au stress, mais pas moins empreint d’une pointe de sincérité.


KIND INSIDE, HARD OUTSIDE
new world order leaves nothing, but chains. wash the blood of your hands, think for your self. it's time to do away with the betrayal and become the inventor of human happiness. damp down the fire of wars, but if they want war, let them beat each other. go against a wind, after all its the only way to expand your flag. just be yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 121
▼ Points : 3
▼ Date d'inscription : 02/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   Sam 4 Juil - 12:11

Un homme au loin, l’air suspect qui me fait signe. Je n’ai pas pour habitude de répondre à ce genre d’invitations, surtout venant d’inconnus masqués ▬ ma maman m’a toujours dit de ne pas faire confiance aux inconnus, vous savez ▬ mais je sais pertinemment, que c’est l’homme que j’ai eu au téléphone il y a maintenant plusieurs minutes. Je me précipite vers lui, non sans lui lancer un de mes regards méchants et alors que j’allais ouvrir la bouche pour lui demander plus d’informations, il me montre où se trouve l’objet pour lequel j’ai dû quitter l’académie rapidement.

Bien trop rapidement.

Je ne dis rien, m’accroupis devant l’objet noir et regarde le cadrant indiquant le temps qu’il reste. Dix-neuf minutes. Je passe la main dans mon dos, remarquant alors que je n’ai pas mon matériel habituel. Forcément, je suis partie bien trop vite et je l’ai oublié. Erreur de débutant. Que même un débutant ne ferait pas. Lorsque l’inconnu me fait la remarque, je fais juste un mouvement de main, comme pour dire que ce n’est qu’un détail avant de me redresser brusquement. « J’arrive, j’en ai pour deux minutes. »

Sur ces mots, je reprends ma course, mais cette fois-ci vers le cinéma aussi vite que mon corps et les lois de la nature me le permettent. Je passe les portes, non sans pousser quelques personnes qui semblaient vouloir profiter d’un bon film, sans se soucier qu’ils sont à dix-huit minutes de mourir, et je file vers la partie réservée au personnel, sachant très bien qu’ils doivent posséder des outils pour gérer les machines qui font tourner les films toute la journée.
« J’aurais besoin d’un tournevis et des ciseaux, c’est urgent ! » je crie à la première personne qui passe devant moi. Il semble perdu, apeuré par le ton sérieux et froid que j’ai pris mais il pointe du doigt les petites salles d’où sont projetés les films en balbutiant qu’il y a une boite à outils. Je ne perds pas plus de temps avant de prendre ce qu’il me faut et repartir vers la bombe avec une petite boite à outils dans mes mains. Tant pis si les gens se posent des questions, tant qu’ils ne viennent pas me déranger dans mon travail.

Une nouvelle fois, je tourne le dos à cet inconnu ▬ d’ailleurs il ne faut pas que j’oublie de lui réclamer mon téléphone une fois la menace partie ▬ sans un mot, m’accroupis et commence mon travail. Il me reste quinze minutes mais je pense que je devrais y arriver. Doucement, je dévisse la boite contenant la bombe et pose tout à côté de moi. Je mords le bout de mon pouce tout en observant la technique utilisée. J’ai presque l’impression d’être dans un de ces films américains avec tous ces fils de toutes les couleurs qui vont dans tous les sens, sauf qu’ils sont tous de la même couleur dans ce boitier de malheur. Je soupire. Et commence le vrai travail.

J’examine tous les fils, d’où ils démarrent et où ils se terminent et les énumère. Je zieute de temps en temps le cadrant qui m’indique le temps qui me reste. Plus les minutes diminuent et plus je peux sentir mon cœur battre.

Au bout de cinq bonnes minutes je comprends qu’il ne suffit pas simplement de couper le fil du compte à rebours mais aussi celui qui activera la détonation et qui, lui n’a pas d’indication sur le temps qu’il nous reste. Cela pourrait être trompeur, il suffirait que le terroriste qui ait posé ça ici décale le cadrant et la détonation de quelques secondes voire quelques minutes pour nous avoir. « Eh, monsieur l’inconnu, fais-moi penser à te réclamer mon téléphone une fois que tout est fini »

Je prends ce qui ressemble à des ciseaux dans la boite à outils et coupe les deux fils qui devraient arrêter la bombe. Je vois sur le cadrant les minutes s’arrêter à 5 :05 :45. Je peux déjà dire que couper un des deux fils a marché. Je soupire, mais ne laisse pas le stresse partir pour autant. « Je vais quand même démanteler la partie qui est censée nous faire exploser au cas où. » et sur ces mots, je reprends mon tournevis et me remets au travail, priant pour que la bombe soit déjà désamorcée et qu’elle ne m’éclate pas à la figure.



I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 83
▼ Points : 2
▼ Date d'inscription : 07/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   Mer 22 Juil - 18:09

BOMB SCARE ★ FEAT. NA YOUNG

Sitôt la bombe désignée, Na Young s’accroupit devant l’appareil pour inspecter le boîtier. Quand elle eut un geste pour tenter de récupérer quelque chose, sa main se referma sur du vide. Do Jin observait la scène, silencieux. Il ne pouvait rien faire. Et il ne pouvait certainement pas parler d’incapacité, étant donné qu’il ne connaissait rien en la matière, mais… Quand la jeune femme lui adressa un geste comme pour signifier que ce n’était pas important, il manqua d’exploser. Il l’avait appelée pour qu’elle vienne désamorcer une bombe, sa spécialité, et elle n’amenait rien avec elle ?! Cet état des faits ne faisait que conforter le jeune homme dans sa vision déjà très négative des académiciens. Néanmoins, la jeune femme s’empressa de se lever pour filer, disant juste qu’elle en aurait pour peu de temps.

Elle ne s’absenta que quelques courtes minutes, avant de revenir d’un bâtiment voisin avec ce qui semblait être une boîte à outils. A nouveau devant la bombe, la jeune femme dévissa le boîtier pour observer le mécanisme pendant quelques longues minutes. Do Jin n’osait pas trop regarder. De un, pour ne pas déranger… Et de deux, pour ne pas voir les secondes filer, encore et encore. Quitte à mourir dans une explosion, il préférait ne pas voir la « responsable » de ce méfait. En attendant, il se contenta de faire les cent pas, nerveux, s’arrêtant parfois pour frapper le sol du pied, frénétiquement, ou serrer et desserrer le poing.

Penchée sur son travail, l’académicienne fit pourtant entendre sa voix pour lui réclamer son téléphone. « Ouais. Enfin, si on est en vie d’ici là, quoi. » répondit sèchement Do Jin, de plus en plus emprunt à une angoisse grandissante. Quand quelques secondes après, le petit bruit sec d’un fil coupé se fit entendre, le garçon s’immobilisa. Doucement, il tourna la tête vers la bombe. Le cadran était resté bloqué à cinq minutes et quelques. Na Young ajouta qu’elle allait tout de même démonter le reste, histoire que les explosifs soient hors d’état d’usage. « Riche idée. » se contenta-t-il de commenter. Même si tout n’était pas réglé, il était tout de même soulagé de voir le temps arrêté.

Il ne fallut que quelques minutes supplémentaires à la jeune femme pour que tous les composants soient étalés sur le sol. Quand il jugea qu’elle en avait fini, Do Jin s’avança doucement pour observer. A travers son masque chirurgical, il laissa un long soupir de soulagement s’échapper. Les muscles encore tirés par le stress, il s’étira longuement, avant de reporter son attention sur Na Young, lui tendant son téléphone. « Chose promise, chose due. » Même s’il était vraiment dubitatif, au début. Il avait peut-être jugé un peu sévèrement. Ou tout du moins, il devait bien admettre qu’elle lui avait rendue une fière chandelle. Et maintenant que le stress était un peu retombé : « Merci beaucoup pour ton aide. » ajouta-t-il, le regard un peu fuyant, tout en ayant un mouvement de tête pour appuyer ses paroles. « T’en désamorce souvent des trucs comme ça ? » demanda-t-il. « Dommage que ça ait pas pu être utile à Gangnam. » Et pour le coup, il ne disait pas ça sur un ton amer ou de reproche.

Hors Jeu:
 


KIND INSIDE, HARD OUTSIDE
new world order leaves nothing, but chains. wash the blood of your hands, think for your self. it's time to do away with the betrayal and become the inventor of human happiness. damp down the fire of wars, but if they want war, let them beat each other. go against a wind, after all its the only way to expand your flag. just be yourself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▼ Messages : 121
▼ Points : 3
▼ Date d'inscription : 02/03/2015
avatar
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   Dim 6 Sep - 20:15

Ce n’est pas l’heure du café ou de la pause ▬ Ou des deux. Le temps est compté, il ne reste que cinq minutes. Enfin, cinq minutes ce n’est que si nous sommes chanceux. Car, peut-être que ce fichu terroriste s’est amusé à décaler la détonation avec le temps affiché sur le cadrant. Coup très tordu qui a tué pas mal de soldats et civils déjà. Certaines personnes disent que ce n’est pas compliqué de désamorcer une bombe. Il suffit de couper le bon fil et le tour est joué. Or, c’est bien plus compliqué que ça. Tout comme un technicien qui va ouvrir son petit ordinateur, comprendre l’objet pour ensuite le manœuvrer, je me dois de faire la même chose. Comprendre le système, éviter de tout faire exploser juste en le touchant ▬ oui, certains n’hésitent pas à mettre des capteurs thermiques, cas encore rares ▬ ou de voir le temps qui nous reste descendre subitement à toute vitesse, les minutes devenant alors des secondes. Les autres vous diront que les bombes sont bien sympathiques, mais il faut aussi pouvoir se battre et se défendre. J’admets volontiers que le corps à corps n’est pas mon fort et que je commence à peine à savoir bien viser avec une arme, il n’empêche que le désamorçage est ma spécialisation. Et puis, il faut bien des personnes pour faire le boulot que beaucoup ne veulent pas faire.

C’est donc pour cette même raison que je suis ici, derrière un cinéma à démonter le détonateur d’une bombe. Je m’empare des outils dont j’ai besoin rapidement et manipule la petite boite avec beaucoup de précautions. Je dévisse les quatre petites visses qui tenait le tout fermement clos et examine rapidement et d’un regard d’expert l’intérieur. C’est souvent dans ces moments-là que toute la théorie vue à l’académie ne nous sert pas à grand-chose finalement. Bien qu’il vaut pouvoir posséder des connaissances, surtout en chimie, mais c’est la pratique qui forme le plus.

Je ne fais pas attention aux commentaires de l’autre personne qui ne fait qu’attendre derrière moi et m’active sur le boulot qui m’attend. Je démonte toutes les pièces une par une, délicatement, tout en faisant attention à ne pas prendre trop de temps. Je les étales autour de moi dans un ordre bien particulier ▬ question d’habitude ▬ et arrive enfin à des petites capsules qui semblent contenir de la TNT. Au moins, il y avait de quoi détruire l’immeuble pensé-je ironiquement. Détail que je garde pour moi car je me doute bien que l’autre inconnu s’y attendais déjà.

Je souffle un grand coup, remarquant que je retenais ma respiration pendant plusieurs secondes lorsque j’ai enfin fini mon travail. Je me retourne, avant de me redresser pour être à hauteur de l’homme en face de moi. « Dire que tu viens d’échanger un téléphone portable contre des vies humaines… » Lâché-je un peu trop brutalement à cause du stress et de l’adrénaline qui ne sont pas encore retombés. Je pourrais presque penser que je suis une de ces personnes qui ne bougeraient pas le petit doigt pour sauver des innocents sauf lorsqu’elles sont menacées ou prises dans un chantage. Je soupire. J’apprécie tout de même la marque de politesse et lui répond avec un sourire discret. Après tout, si des vies sont en jeu, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour les sauver. Portable ou non.

Je le regarde, comme s’il venait de m’annoncer qu’il est terroriste avant de reculer d’un pas. « Comment es-tu au courant que je suis à Perses et que je désactive les bombes ? Puis je marmonne Et puis c’est difficile de désamorcer une bombe lorsqu’on est même pas au courant qu’il y en a une » En plus c’était une des rares journées où j’étais libre de faire ce que je souhaitais. Ou je pouvais quitter l’uniforme pour aller me pavaner en ville comme bon me semblait. Je ne regrette même pas mes talons aiguilles qui ont été lâchement abandonnés sur un trottoir afin que je puisse courir en toute liberté.

« Et donc, qui es-tu ? » Comme s’il allait annoncer son identité s’il était un terroriste.



I wrap my HANDS around your neck so tight with LOVE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: nayoung ★ bomb scare   

Revenir en haut Aller en bas
 

nayoung ★ bomb scare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le courageux squig bomb
» human BOMB
» Gokudera Hayato alias Smoking Bomb
» Fondasyon Eritaj mande restitisyon ak pouswit Aristide pou lajan peyi a
» Questions de bombes de peinture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  ::  :: En ville ~ En guerre :: Gangnam :: Cinema City-