AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 the kids in the dark never sleep ✞Somee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Mar 10 Mar - 8:46

Noah était plus que contrarié, et cela faisait plusieurs semaines que ça durait. Il était tout le temps de mauvaise humeur, envoyait bouler les gens plus vilainement que d'habitude, et restait enfermé dans son minuscule studio sans chercher à en sortir. La raison de sa frustration était actuellement une femme nommée Soomee. Noah avait enfin trouvé la perle rare de Garam, la chose qui l'avait distrait de sa mission officielle, celle qui lui avait presque coûté la vie. Alors il avait mis en place tout un stratagème incluant des innocents en ville, s'arrangeant habilement pour que les forces de l'ordre et surtout la brigade soient prévenues de ses actions. Bien évidemment, il termina en interrogatoire, avec des menottes liant ses deux mains et l'empêchant de bouger, de tenter quoi que ce soit envers ses geôliers. Ce qui n'était pas du tout son intention, il voulait uniquement constater de lui-même la particularité de Soomee. Et, comment dire. Il fut déçu. Elle avait certes un caractère têtu et elle avait du mordant, ainsi que de la répartie, mais elle n'avait rien de spécial à proprement parler.

Du coup, lorsque Noah avait été relâché car faute de preuves de quoi que ce soit quelques heures plus tard, il était irrité comme jamais. Comme ça, Garam s'était juste fait piéger par une femme, par le sexe opposé. Alors que le gouvernement ne parvenait pas à les contrôler, les femmes avaient toujours une emprise sur eux, et c'était certainement ce qui faisait le plus rager le terroriste. Alors il décida de prendre les devants et d'agir, quitte à devoir prendre les conséquences plus tard. Parce qu'il savait mieux que quiconque que la prochaine fois que Garam commettrait une erreur, ce ne serait pas seulement sa vie qui serait menacée, mais aussi l'existence-même de l'organisation terroriste. Noah n'avait jamais considéré les terroristes comme une famille, mais il n'était décidément pas prêt à finir ses jours en prison, à pourrir d'ennui dans le coin d'une cellule. Alors oui, il allait faire quelque chose qui allait certainement lui valoir les foudres de Garam pour avoir osé lui voler sa cible. Mais il ne pouvait plus attendre sans agir, à le regarder se foirer complètement pour les beaux yeux d'une femme.

Noah enfila sa veste en cuir avec un sourire malsain et carnassier, qui était franchement effrayant à voir, de loin comme de près. Sous le tissu, il pouvait sentir les multiples lames dissimulées, plaquées contre sa poitrine, le métal froid et dangereux le rassurant plus qu'autre chose. Il connaissait l'endroit ou à priori la brigadière vivait, et il s'y rendit d'un pas tranquille et naturel, pour ne pas attirer l'attention des quelques rares passants à une heure aussi tardive du soir. Forcément, Noah agissait lorsque la nuit tombait, parce qu'il était dans son élément, une véritable chauve-souris dans une grotte. Après avoir vérifié que personne ne le regardait, il récupéra une des lames cachées dans sa veste, pour la glisser dans sa manche, la pointe brillant doucement entre ses doigts.

Oh, il ne comptait pas la tuer, bien sûr que non. Seulement la menacer, lui lancer un ultimatum, un avertissement que si elle continuait à rester trop près des terroristes, comme un papillon se brûlerait les ailes à la flamme d'une bougie, elle allait subir des dégâts plus ou moins conséquents. Noah passa plusieurs heures à jouer avec le bout acéré et tranchant de la lame de ses doigts, se coupant à plusieurs reprises par inattention. Ce n'est pas grave, la douleur l'excitait toujours plus. Et finalement, elle apparut dans la ruelle pour rentrer chez elle visiblement. Noah avait imaginé la mise en scène dans sa tête, la scène se jouant encore et encore dans son esprit, comme un film. Il se laissa glisser au sol, adossé contre le mur derrière lui, la tête penchée contre ses genoux repliés, expirant fortement comme s'il était blessé, ou qu'il avait couru un marathon. Ses cheveux noirs dissimulaient son visage, et ses doigts étaient crispés par habitude sur la lame dans sa manche. Maintenant, il ne restait plus qu'à l'agneau de mordre à l'hameçon, et de tomber dans la gueule du loup.
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Sam 14 Mar - 0:29


Si elle s'était plaint les nombreuses fois où elle avait finit plus tard alors qu'elle était encore capitaine, c'est qu'elle ne connaissait pas les horaires de commandant. Car les commandants n'ont tout simplement pas d'horaires. Elle n'avait jamais fini aussi tard que depuis qu'elle avait eu sa promotion. Les dossiers s'accumulaient sur son bureau, elle gérait bien plus de personnes qu'avant. Au fur et à mesure que les enquêtes passaient sous ses yeux, elle remarqua le nombre de début d'enquête qui se finissait rapidement, car il n'y avait généralement aucune preuve. Les terroristes se faisaient discrets. Elle trouvait ça injuste que tout le monde sache où était le quartier générale de la brigade antiterrorisme mais qu'au final personne ne sache où était celui des terroristes. Tomber sur leur quartier générale, serait l'une des meilleures choses qui pourrait leur arriver, mais ils en étaient bien loin. Ou alors, c'était sous leur nez et ils ne le voyaient pas.

La jeune femme songea à sa dernière entrevue avec Tao, il ne l'avait pas tué, cela avait été comme d'habitude, un éternel défi entre les deux, chacun exposant ses idéaux à l'autre. Soomee avait souvent songé que Tao puisse être malade psychologiquement pour avoir ce genre d'idéaux, penser que tout ce qu'il entreprenait était bien. Elle avait bien envie de lui mettre deux trois baffes pour lui remettre les idées en place, mais malheureusement elle avait été attaché la dernière fois. La prochaine fois elle ne ferait plus la même erreur. Son arme ne resterait pas longtemps dans son étui. S'il y avait bien une personne dont elle n'aurait aucune hésitation à se servir de son arme, c'était bien contre lui. Combien de fois avait-elle rêvé de le tuer pour venger son père, venger toutes ses morts innocentes qu'il déclenchaient à cause des actions de ses sous-fifres et même de part sa main. La torture. C'était quelque chose qui la répugnait, qu'elle ne pouvait pas comprendre. Comment pouvait-on aimer faire du mal aux autres ? Les entendre hurler de souffrance jusqu'à n'en plus pouvoir, c'était cruel, inhumain.

Soupirant, elle souffla devant un énième dossier sans résultat et regarda l'heure. Il était tard. Les équipes de nuit avait déjà commencé leur services depuis plusieurs heures. Se décidant à rentrer chez elle, la jeune femme récupéra ses affaires, quittant son bureau avant de saluer les quelques personnes qu'elle croisait. Sortant du quartier de la brigade, elle commença à longer les rues. Les bars étaient encore plein. La jeune femme eut un pincement au cœur en passant devant le bar où elle avait rencontré Garam pour la première fois. Dire qu'elle avait pensé que le hasard faisait les bonnes rencontres. Tu parles. Malgré qu'elle l'aimait encore, elle avait de nombreuses pensées amères concernant leur relation, leur passé. S'il y avait bien quelque chose qu'elle détestait, c'était bien le mensonge. C'est pour ça qu'elle était toujours légèrement frustrée lors des interrogatoires. Elle se souvient d'ailleurs de l'interrogatoire d'un jeune homme, un certain Noah, qu'elle avait eu en face d'elle pour suspicions d'implication dans des actes criminels terroristes. Mais au final, elle avait du le relâcher pour faute de preuves, comme à chaque fois.

Elle n'était plus qu'à quelques pâtés de l'immeuble où elle habitait. Les rues étaient vides, le quartier était plutôt calme ce soir. Prenant une ruelle vide, elle aperçut au loin une silhouette accroupie. Fronçant les sourcils, sa formation lui interdisait d'ignorer une potentielle vie en danger. Alors bien qu'elle était fatiguée, la jeune femme s'avança vers la personne accroupie. Elle semblait avoir du mal à respirer, au vue de sa respiration. « Excusez-moi, est-ce que ça va ? » S'accroupissant à ses côtés, elle posa sa main sur son épaule. « Je peux appeler les pompiers si vous voulez. Qu'est-ce qui vous est arrivé ? Vous êtes blessé ? Où est-ce que vous avez mal. » La jeune femme n'arrivait pas à voir son visage et elle n'avait pas envie de l'effrayer si elle dégageait son visage pour mieux le voir. « Vous vous appelez comment ? » Elle regarda autour d'elle. Personne bien entendu. Regardant de nouveau le jeune homme, elle attendait une réponse, mais sortie son téléphone, prête à composer le numéro d'urgence si nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Sam 14 Mar - 17:24

Noah ne s'attendait pas à ce qu'elle lui propose son aide aussi délibérément, à vrai dire. Il connaissait certains membres des forces de l'ordre qui préféreraient appeler des renforts dans ce genre de situations, histoire d'être certain d'avoir quelqu'un pour surveiller leurs arrières. Mais la jeune femme s'accroupit près de lui en lui demandant si tout allait bien, et ce qui lui était arrivé. Lorsque sa main se posa sur son épaule, le terroriste tressaillit, surpris par le contact. C'était également le signal de départ qu'il attendait, l'autorisation de commencer l'opération.

En un geste vif, il attrapa la main de la brigadière sur son épaule, pour la tirer en avant et la pousser contre le mur ou il était précédemment appuyé, et d'ou il venait de se retirer. La lame dissimulée dans la manche de sa veste reposait désormais sur la peau tendre de son cou, et à chaque mouvement du terroriste derrière elle, la lame entrait dans la chair. Des gouttes de sang perlaient déjà de la plaie que la pression du métal occasionnait sur la peau. Fier que tout se soit passé comme il l'espérait, Noah attrapa le téléphone que la jeune femme tenait encore dans sa main, pour le jeter par terre, et l'écraser sans ménagement de ses chaussures.

Il s'était attendu à de la résistance, à plus de méfiance. Actuellement, le terroriste n'en revenait pas que la capture de Soomee ait été si facile. Surtout pour un type comme lui, qui physiquement parlant, n'avait rien à offrir. Il était uniquement doué pour monter des plans machiavéliques, et il faut croire que c'est ce qui marchait le mieux de nos jours. « Moi je vais bien, tu devrais plutôt t'inquiéter pour toi. » déclara-t-il en souriant vilainement. Il s'arrangea pour la pousser contre le mur, la lame toujours sortie et pressée contre son cou, repoussant ses cheveux noirs de son visage pour permettre à la brigadière de voir les traits de son visage. Elle allait peut-être le reconnaître, surtout s'il utilisait le tutoiement en s'adressant à elle.

Des rires gras provinrent d'un bar situé dans la rue juste à coté, brisant pour quelques instants seulement l'ambiance pesante et inquiétante qui régnait sur le duo. Les doigts du terroriste se resserrèrent sur son arme, qu'il releva pour dessiner le contour de la bouche de la jeune femme, résistant tant bien que mal à l'envie de planter la lame dans ses lèvres et de les arracher. Noah avait prévu tellement de choses pour elle, tellement de merveilleuses techniques de torture qu'il ne dévoilait qu'à ses meilleures cibles. « J'ose espérer que tu te souviens de moi. » La lame dérapa et érafla la peau de sa joue. « Oups, mon doigt a glissé. J'ai du mal à rester professionnel ce soir, tu m'excuseras. » ajouta-t-il sur le ton de la plaisanterie, faisant redescendre son arme au cou de la brigadière. Il ne savait pas encore jusqu’où il irait, mais il allait certainement prendre son temps pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Dim 15 Mar - 3:25


Il faut croire qu'elle n'apprendra jamais de ses erreurs ou juste de son passé. Après tout ce qui s'était passé, comment arrivait-elle à ne pas se méfier des inconnus ? À vrai dire, voir un homme à terre, qui semblait avoir une santé défaillante ne l'avait pas inquiété, il était dans une position de faiblesse par rapport à elle. Alors elle s'était approchée sans crainte, avec juste pour pensée de venir en aide à ce jeune homme qui semblait en difficulté. Eh bien la prochaine fois, elle passera son chemin.

Soomee n'avait pas trop compris ce qui s'était passée, ses pensées s'étaient remis en marche à l'instant où elle sentie la lame froide contre son cou. La peau était déjà entamé légèrement, la faisant grimacer, serrant les dents pour retenir un gémissement plaintif. Son téléphone fut arraché de sa main et atterrit sous le pied de son agresseur qui ne se gêna pas pour le mettre hors d'état de marche. Elle ne savait toujours pas à qui elle avait affaire mais inconsciemment elle se doutait bien que ce n'était pas un agresseur de seconde zone, qui en voulait à son porte-feuille. La brigadière pouvait parfaitement sentir son pouls s'affoler, qui ne serait pas angoissé par cette situation ? Mais elle avait déjà été menacé maintes fois et surtout, elle avait déjà fait face à Tao plusieurs fois et personne ne pourrait, malgré ce qu'elle laissait transparaître devant lui, l'effrayer autant que lui. Tao était cruel, sadique, complètement fou et imprévisible, c'était ça qui le rendait dangereux. Néanmoins, elle ne sous-estimait en aucun cas la personne qu'elle avait en face d'elle. Pas du tout même.

Elle savait que physiquement elle n'avait aucune chance, malgré le gabarit de l'homme, elle n'était pas faite pour le combat au corps à corps. Finalement sa voix retentit, brisant le silence qui s'était installée dans la ruelle. Sa voix lui disait quelque chose, mais où elle l'avait entendu, c'était une autre histoire. Ce n'est que lorsqu'il dégagea enfin son visage qu'elle se souvient exactement de l'endroit où elle l'avait vu. « Enfoiré. » souffla-t-elle. Noah. Hwang Noah. Elle l'avait interrogé il y avait quelques semaines de ça, elle l'avait soupçonné, mais comme toujours aucune preuve. Il avait été d'un calme inquiétant pendant l'interrogatoire et elle n'en avait rien pensé de bon, mais elle avait du le relâcher malgré tout. Soomee le fixa, son regard n'exprimait que la haine et le dégoût qu'elle ressentait pour lui.

À chaque fois qu'elle déglutissait, elle pouvait sentir le métal glacé contre son cou. Malgré les bruits provenant d'une rue à côté, elle savait que si elle tentait de crier, il allait lui faire regretter, la faisant peut-être même taire à jamais. La jeune femme resta immobile lorsqu'il déplaça la lame sur son visage. Son regard lui faisait peur. Il était presque aussi dérangé que Tao. « Je me souviens parfaitement de toi, Noah. » Elle tressaillit quand la lame dérapa sur sa joue, se mordant la lèvre inférieure violemment, gardant son regard ancré dans le sien. « Bien sur que je t'excuse voyons. Tu m'excusera aussi le jour où je te ferais mettre en prison, d'accord ? » dit-elle d'un ton sarcastique avant de reprendre. « Professionnel, hein ? Si tu crois que tu m'impressionne, il en faut plus que ça, j'ai eu affaire à bien plus effrayant que toi. » Peut-être parlait-elle trop vite, après tout, il n'en était qu'au début. « Pour qui tu travailles ? Tao j'imagine ? Vous travaillez tous pour lui, tels des moutons aveuglés par sa folie et sa bêtise. » souffla-t-elle. Était-ce une bonne chance d'insulter le grand chef devant une personne qui était sans doute l'un de ses fidèles ? Qu'importe, elle ne voulait pas montrer qu'intérieurement elle était effrayé. Terriblement effrayé par ce qu'il pouvait lui faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Dim 15 Mar - 17:38

Les gens ne se méfiaient jamais de Noah, pas au premier abord non. Puis, en apprenant à le connaitre, lui et son esprit tordu, les gens commençaient à comprendre que quelque chose clochait avec ce type, ils avaient un mauvais pressentiment le concernant. Mais le temps que leur cerveau fasse le chemin de à jusqu'à z, ils étaient déjà piégés entre les griffes du terroriste. Cela désolait toujours le jeune homme de constater qu'aucun être dans ce monde n'était capable d'être une véritable épine dans son talon, de l'empêcher d'accomplir ses missions correctement. Jusqu'à aujourd'hui, il n'y avait pas eu un seul esprit assez ouvert et vif pour suivre la logique malsaine que Noah suivait, pour comprendre ce qu'il complotait dans l'ombre, et contrecarrer ses plans. Alors Noah continuait de jouer et de tirer sur les ficelles des marionnettes que constituaient les gens autour de lui. Le monde était pour lui une immense scène de théâtre, et tout le monde avait un rôle à jouer dans cette pièce.

L'injure qui coula des lèvres de la brigadière le fit rire doucement. Elle l'avait finalement reconnue, en même temps, il lui était impossible d'oublier un type qu'elle n'avait pas réussie à coincer légalement alors qu'elle savait pertinemment qu'il était coupable dans cette histoire. Lors de leur entretien, il avait pris un malin plaisir à tourner autour du pot, à répondre chaque question par une question, à s'engager sur la pente menant jusqu'au sujet délicat qu'était Garam. Pour tester ses réactions, son contrôle d'elle-même, son sang-froid. Et puis, c'était amusant de la voir tressaillir en l'entendant prononcer ce nom, tandis que les autres brigadiers se demandaient de quoi diable ces deux-là pouvaient bien parler. C'était un peu comme leur petit secret, rien qu'à eux deux. « Je prendrais ça pour un compliment. » chantonna-t-il, un air de chanson coincé au fond de la gorge. Ses doigts suivaient le rythme de son sifflement étouffé dans sa poitrine, glissant sur la peau sans l'égratigner, jusqu'à ce qu'il presse plus fort à un endroit et provoque le sang de couler.

Il avait tout intérêt à rester calme, car il sentait déjà l'adrénaline grimper en lui de manière inquiétante comme il dessinait des formes invisibles sur la peau désormais écarlate de Soomee. Quand il était plus jeune, il désirait devenir un artiste, un peintre plus précisément. Malheureusement, son style n'était pas au goût de tout le monde, alors il avait vite abandonné l'idée. « Me mettre en prison ? J'apprécierais beaucoup le jour ou toi et tes petits camarades réussiront à me mettre derrière les barreaux, vraiment. » ria-t-il à nouveau, sa lame se suspendant dans les airs quelques instants. Il n'était pas prétentieux, mais le jour ou un membre des forces de l'ordre parviendrait à lui mettre la main dessus en s'en tirant indemne n'était pas prêt d'arriver. Il était toujours en position de supériorité sur elle, puisqu'elle n'avait aucune arme sur elle. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Et même si elle avait en effet une arme sur elle, le temps qu'elle la dégaine, il lui aurait déjà tranché la gorge. Mais elle n'était pas idiote, elle comprenait qu'elle ne devait pas faire un seul geste. C'était une qualité qu'il pouvait lui reconnaître, peut-être même la seule.

Lorsqu'elle parla d'avoir eu affaire à plus impressionnant que lui, Noah se contenta d'hausser les épaules, l'air indifférent. A vrai dire, il se fichait bien de se faire un nom ou pas parmi les terroristes. Il faisait juste ce qu'il aimait faire, qu'on en dise du mal ou du bien, qu'on cherche à le descendre ou pas. Il travaillait par pur égoïsme, c'était le cas de le dire. « Tut tut tut » chuchota-t-il en secouant son index devant son visage. « Je t'apprendrais que je ne travaille pour personne, moi. Ni pour Tao, ni pour personne d'autre. » ajouta-t-il, ses yeux s'assombrissant de plus en plus comme l'excitation faisait pression en lui. Tao était bel et bien un mentor pour lui, un supérieur qu'il respectait beaucoup, sa folie ne laissait place à aucune emprise sur lui. Fatigué de sa lame, il attrapa le poignet de la brigadière de sa main libre, pour soudainement le tordre dans un angle contraire à la nature, se réjouissant de la douleur qu'il lisait dans son regard. Dire qu'il prenait son pied était bien gentil par rapport à ce qu'il ressentait actuellement. « Fini de parler de moi, veux-tu ? Je suis venu pour toi voyons, alors à ton tour de répondre aux questions. Si tu me racontais un peu ce qui se passe avec Garam, hein ? » la menaça-t-il en continuant d'appuyer sur son poignet blessé.
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Lun 16 Mar - 0:22


Hwang Noah. À l'instant où elle l'avait eu en face d'elle en interrogatoire, elle avait eu un mauvais pressentiment. Cela marchait toujours sur des suspicions, mais par faute de preuves, Soo Mee était toujours obligée de relâcher ceux qu'elle interrogeait même si elle les sentait coupables. Il devenait de plus en plus rare de réussir à attraper les vrais acteurs des actes terroristes perpétués dans la ville. Si au début, il avait été comme tous les autres, malin, à toujours répondre à une question par d'autres, ou juste à les ignorer, à l'instant même où il avait prononcé le nom de Garam, elle avait sut. Elle avait été surprise oui. Ses collègues n'avaient pas compris et elle se souvenait qu'à ce moment, elle avait regretté qu'ils soient dans la même pièce qu'eux, sinon elle aurait donné une gifle à cet enfoiré. Personne ne savait. Elle avait été d'une discrétion totale quant à sa relation avec le jeune homme et avait été même jusqu'à couvrir un de ses attentats à la bombe pour que sa carrière ne soit pas détruite. Le sujet était toujours délicat. Elle l'aimait toujours. Il l'avait abordé récemment et elle n'avait pas pu continuer à être aussi froide. En bref, Noah avait posé le doigt sur un sujet sensible et n'avait absolument pas cité ce nom par hasard. Pas du tout.

Mais si elle avait imaginé un instant qu'elle était tombée sur un fou du scalpel, elle ne l'aurait pas laissé partir comme ça. Elle regrettait maintenant. Surtout quand elle sentait la lame inciser la peau de son cou. « On peut dire que tu as su te faire remarquer en abordant un sujet sensible. ». La jeune femme tressaillit lorsqu'il fit couler de nouveau le sang, retenant avec peine une plainte en se mordant une nouvelle fois la lèvre. Malgré la situation, la coréenne ne se gêna pas pour le menacer. Il était prévenu, si elle tombait de nouveau sur lui après ça – du moins si elle en ressortait entière et vivante – c'était direction la prison la plus proche. Il semblait en tout cas s'en amuser, pas du tout effrayé par la menace. La jeune femme tenta de bouger ses jambes, mais il la bloquait. Et impossible d'atteindre son sac qui renfermait son arme sauf si elle le repoussait. Mais si elle faisait ça, elle pouvait dire adieu à sa vie, car il n'hésitera pas un instant à lui trancher la gorge d'un coup de lame. « On peut arranger ça si tu attends ce moment avec impatience. Viens à la brigade demain et sois en sur que mes collègues et moi-même on sera ravis de t'accueillir. » Connard. Elle jeta un coup d'oeil à son sac. Elle avait son arme à même pas un mètre d'elle et elle ne pouvait même pas l'atteindre. Injustice.

Se doutant à qui elle avait affaire, la brigadière ne put s'empêcher de critiquer l'idéologie du chef de tous les terroristes. Ils n'étaient que des pions sur son échiquier, qu'il n'hésiterait pas un instant à sacrifier si cela lui permettait d'atteindre son but. Néanmoins le jeune homme réfuta ses accusations, il ne travaillait pour personne. Elle en doutait fortement, à moins qu'il ne soit en fait qu'un fou qui ne torturait ou tuait les autres que pour les plaisir, ce qui n'était, dans son cas, pas une très bonne nouvelle. « Alors pourquoi t'en prendre à moi, je ne connais qu'une personne pour me haïr autant. » Quoi que, elle devait sans doute se faire détester des autres terroristes qui travaillaient pour le chinois, mais entre Tao et elle, c'était de la haine à l'état pur. Elle le regarda ranger sa lame, légèrement soulagée, mais sa joie fut de courte durée. Un gémissement de douleur franchit ses lèvres avant qu'elle ne serre les dents, soufflant pour tenter d'oublier la douleur qu'il venait de lui infliger au poignet. Relevant la tête, elle croisa son regard alors qu'il aborda de nouveau le sujet fâcheux. Garam. Encore. Dans un instinct de survie, la jeune femme tenta de se dégager alors qu'il appuyait de nouveau sur son poignet. Rejetant la tête en arrière, elle tenta de réfléchir rapidement. « En quoi ça te regarde, hein ? Je croyais que tu ne bossais pas avec les terroristes, alors comment est-ce que tu le connais ? » Soufflant lentement, elle baissa la tête pour le regarder dans le blanc des yeux. « Pourquoi est-ce que tu veux savoir ? Jaloux ? Toi aussi tu veux que je te tire dessus ? Laisse moi prendre mon arme et je réaliserais ton souhait. » Et c'était gratuit. Génial, non ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Mar 17 Mar - 16:32

Noah savait déjà qu'il allait prendre un malin plaisir à torturer Soo Mee. Parce que lentement mais surement, il commençait à comprendre la raison pour laquelle Ga Ram avait dévié de sa mission originelle. Elle ne l'avait pas encore avouée avec ses propres mots et de sa propre bouche, mais il avait déjà ses doutes bien avant de la rencontrer lors de l'interrogatoire d'il y a quelques jours. C'était ces mêmes doutes qui l'avait poussé justement à provoquer la cohue en ville pour se faire attraper par les forces de l'ordre, et être emmené au sein du comissariat. Ses doutes ne faisaient que se confirmer. Et il n'aimait pas ça du tout.

Qu'un terroriste se retrouve sous l'emprise d'une femme était quelque chose de totalement absurde, autant à ses yeux qu'à ses oreilles. Eux qui se battaient pour ne plus être victime de l'influence de l'état et de leur pays, voilà que maintenant, ils se retrouvaient enchaînés à cause des femmes ? Noah aurait pu laisser passer une telle maladresse de la part de son collègue, mais c'était sans prendre en compte le grade et la position sociale de la femme en question. Soo Mee aurait été une simple civile, il n'y aurait jamais eu aucun problème. Seulement, là, c'était une brigadière, et pas n'importe laquelle qui plus est, puisqu'elle était tout de même commandant. Il avait appris bien des choses grâce à son séjour au comissariat, malgré que la plupart soient des choses qu'il aurait préféré ignorer. « Je suis prévenu, et toi aussi d'ailleurs. Toi et moi, on est dans le même sac maintenant. Parce que crois-moi, la prochaine fois que je te trouve, je ne me gênerais pas pour prendre ta vie. » siffla-t-il vilainement près de son oreille, ses doigts reserrant leur emprise sur son poignet blessé.

Noah était quelqu'un de professionnel quoi qu'on en dise, malgré ses manières peu catholiques de gérer les crises, et il n'aimait pas gaspiller du temps qui était précieux, surtout en ce qui concernait les terroristes. En ce moment-même, au lieu d'essayer de dissuader une brigadière de rester en contact avec les terroristes, il aurait très bien pu être à l'autre bout de la ville, à magouiller dieu seul sait quel mauvais coup en faveur de l'organisation terroriste qu'était les Kérès et pour qui il opérait. La lame glissa dans les mèches de cheveux de la jeune femme, avec lesquelles il joua un bref instant, avant de brutalement en couper quelques-unes. « Parce que tu crois que je vais me rendre bien gentiment à la Brigade pour me retrouver entre quatre murs ? Hors de question. Vous qui faites tant les malins, montrez-moi donc de quoi vous êtes capables. » ajouta-t-il d'un air indifférent, soudainement ennuyé. Il n'était pas là pour faire un brin de causette avec elle actuellement. Il avait prévu de simplement lui porter quelques coups, la menaçer et ensuite partir en la laissant là. Mais visiblement, elle était plus vive d'esprit qu'il ne l'avait cru au premier abord.

« Je m'en prends à toi parce qu'aux dernières nouvelles, tu as fait merder un type bien utile à mes ideaux dans sa mission. Ce qui nous ramène au sujet principal de cette discussion : Ga Ram. Tu ferais mieux de me dire toute l'histoire, au lieu d'essayer de nier les faits. » Il relâcha enfin son bras, pour se reculer de quelques pas, sa lame brandie sous le nez de la brigadière. Heureusement qu'il profitait de la nuit pour agir, sinon, ça ferait bien longtemps qu'un passant aurait appelé la police en se rendant compte qu'une agression avait lieu juste sous ses yeux. Le fait qu'elle parvienne à contre-carrer ses menaces le fit grincer des dents. Mais il restait un fin menteur, quelle que soit la situation dans laquelle il se trouvait. « Qui as dit que je travaillais avec les terroristes ? » Un rire s'échappa de sa bouche. « Quoi, les civils n'ont plus le droit de se rebeller de nos jours, ils ont tous subis un lavage de cerveau ? » plaisanta-t-il à nouveau. C'était plutôt déroutant, la façon qu'il avait de prendre la situation au sérieux et d'en rire la seconde d'après. Il jouait toujours sur cet effet d'instabilité pour surprendre ses adversaires. Il tiqua cependant lorsqu'elle parla de lui tirer dessus "aussi". Alors comme ça, elle avait déjà engagée un combat avec Ga Ram ? Mais alors, leur relation n'était pas ce qu'il pensait être ? Confus pour l'espace de quelques secondes, le terroriste fronça les sourcils, et baissa sa garde.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Mar 17 Mar - 22:57


Au moins c'était clair et net entre les deux. S'il la revoit, il la tue, si elle le revoit, c'est la prison à vie pour lui. Soo Mee serait incapable de se faire justice soi-même bien que présentement elle commençait à y penser sérieusement. Après tout, elle avait déjà utilisé son arme contre Garam alors qu'il était non-armé et non menaçant. De plus, elle n'hésiterait sans doute pas à tirer sur Tao, mais lui c'était une autre histoire, elle savait comment il était, il est une menace réelle sans avoir d'armes à feu ou blanches sur lui. En ce qui concerne Noah, elle était sûre de pouvoir le maîtriser s'il ne la tenait pas en joue avec sa lame, elle n'était pas encore suicidaire. Même s'il prétendait vouloir la tuer une autre fois, qu'est-ce qui lui permettait d'affirmer qu'il ne pourrait pas le faire quand même ce soir ? Rien du tout. Il avait l'air totalement imprévisible, complètement fou à ses yeux. C'était ceux qu'elle craignait le plus. On ne pouvait jamais prévoir leurs prochains actes.

La jeune femme baissa la tête, tentant de se retenir de gémir de douleur à cause de la pression sur son poignet. « Si je n'étais pas dans la brigade, sache que j'aurais beaucoup de mal pour me retenir de ne pas te traquer pour te tuer aussi. » siffla-t-elle entre ses dents. Il lui permettait d'accrocher encore un peu plus ses convictions, tous les terroristes sont à mettre hors d'état de nuire et elle n'allait jamais renoncer. La coréenne tenta de suivre la lame des yeux, mais elle finit par sortir hors de son champ de vision. C'était sans doute très futile, mais il n'avait pas intérêt à toucher à ses cheveux. Elle le fusilla du regard quand il lui prit l'envie de couper quelques mèches. « C'est cliché les mèches de cheveux comme trophée pour un tueur. » dit-elle, sarcastique, plus pour lui faire comprendre qu'elle n'allait pas se laisser dominer par la peur face à lui. Elle avait encore du répondant malgré tout. « Eh bien je ne te décevrais pas alors, je vais tout faire pour te retrouver et te mettre sous les verrous et crois moi tu ne verras plus la lumière du jour avant un bon moment car je ferais en sorte qu'aucune sortie ne te sois autorisée. » La peine capitale est très, très rarement appliquée, dommage pour les fous comme lui.

Pourquoi avait-il tant besoin de tout savoir d'eux ? Cette histoire avec Garam, elle n'aurait jamais pensé que cela lui cause autant d'ennui le jour où elle l'avait rencontré. S'il le connaissait, pourquoi ne lui demandait-il pas plutôt à lui ? « Je ne nie rien du tout, tu ne m'as pas posé de questions précises. Te raconter toute l'histoire serait long et ennuyeux pour un être comme toi, dépourvus de sentiments. » Elle venait d'avouer à demi-mots son ancienne relation avec le terroriste, mais après tout, s'il connaissait sa mission, il devait être au courant de comment il avait procédé non ? Il était obligatoirement un terroriste à ses yeux. Elle souffla doucement quand il lâcha enfin son poignet, mais ne quitta pas la lame des yeux. « Explique moi comment est-ce que tu connais Garam et Tao alors. Un terroriste qui ne s'assume même pas, c'est pathétique. » Soo Mee ne savait pas si en le cherchant de cette façon, il allait se mettre en colère. Il avait l'air tellement dérangé qu'elle ne comprenait pas ses réactions. Elle ignora la remarque sur le lavage de cerveau des civils avant de lui proposer de lui tirer dessus aussi, vu qu'il avait l'air tant de vouloir connaître son histoire avec Garam, peut-être était-il jaloux ? Bonne blague. Néanmoins ça eu l'air de le déstabiliser, elle avait une chance de se défendre et c'était maintenant.

La jeune femme ne pouvait plus compter sur son arme, à une main, elle risquerait de se blesser elle-même. La brigadière se remémora ce que lui avait montré un jour Sang Hyeon, spécialiste en combat au corps à corps. Jetant un regard noir à Noah, elle lui donna un coup de pied dans un tibia le plus violemment qu'elle puisse faire avant de se jeter contre lui pour le renverser en arrière. De sa main non blessée, elle tenta de le maintenir au sol avant de repérer la lame. La récupérant, elle l'appuya sur le cou du garçon, le regardant droit dans les yeux, le souffle court. Elle ne savait pas combien de temps elle allait avoir l'avantage, elle ne le retenait qu'avec la maigre force qu'elle avait dans les jambes. Elle ne pouvait même pas maîtriser ses mains, elle avait juste la veine principale de son cou en otage. Ah si elle avait eu ses deux mains. Déjà elle l'aurait frappé. « Alors ? Ça fait quoi d'être de l'autre côté de la lame ? » Sachant qu'elle ne pourrait pas l'emmener au poste, elle reprit. « Vu que ça a l'air de te mettre vraiment en colère cette histoire avec Garam, je vais te dire … » Même si elle n'en était pas sûre elle-même vu qu'il n'avait fait que lui mentir, mais il avait semblé si sincère la dernière fois. « … S'il a foiré sa mission, c'est sans doute parce qu'il m'aimait vraiment. Mais je suis désolée de t'apprendre que ce genre de sentiment, ça n'arrivera jamais à un connard dans ton genre. » Elle fixa la lame, elle ne pouvait pas se résoudre. Bordel, pourquoi elle avait tant de valeurs que ça ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Mer 18 Mar - 16:12

Combien de personnes terroristes cette brigadière connaissait-elle exactement ? Noah faisait la liste dans sa tête, et rien qu'avec deux noms, elle lui paraissait déjà bien trop grande. Deux noms qui n'étaient pas n'importe lequel : Ga Ram avait su se faire remarquer au point d'avoir une mise à mort officielle programmée, et Tao était un des supérieurs dans l'organisation, un de ceux à qui on obéit et qu'on ne titille pas, au risque de se retrouver avec des dommages collatéraux en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Il avait désormais compris sa relation avec Ga Ram, qui le laissait d'ailleurs toujours aussi incrédule, mais l'histoire avec Tao lui échappait complètement. Est-ce que ce dernier avait déjà fini à la Brigade, ce qui expliquerait qu'elle connaisse son nom ? Ou est-ce que c'était aussi quelque chose de plus personnel ?

Plus Noah fouillait les renseignements qu'il avait obtenu ce soir, et plus il avait l'impression d'être plus dans le brouillard qu'autre chose. A part si cette femme était une croqueuse d'hommes en tout genre, il lui manquait décidément un détail crucial. Sa remarque sur ses cheveux le fit rire encore et toujours. « Tu comprends, je suis un fétichiste, j'en ai besoin. » chuchota-t-il sur le ton de la confidence, un doigt sur sa bouche, comme si c'était un secret. Dire qu'il était fou dans sa tête était vraiment le prendre à la légère, et sincèrement, ce n'était conseillé à personne. Parce que la plupart des personnes qui l'avaient sous-estimé jusqu'à aujourd'hui ne sont plus en vie pour pouvoir témoigner de sa folie. « Ouah, la peine capitale carrément, je suis impressionné. Alors c'est comme ça que vous vous débarrassez des gêneurs, vous les enfermez à vie dans un trou à rat. Bien joué, félicitations, à qui on doit envoyer une lettre de remerciement pour ce genre de traitement ? » dit-il sarcastiquement, son sourire disparu et le visage plus sombre qu'auparavant.

Les punitions imposées par les forces de l'ordre étaient toujours un sujet qui l'avait dégoûté. Parce que ces derniers se contentaient de cacher les possibles délinquants à la vue du monde, pour ensuite assurer les citoyens que tout allait bien, qu'ils étaient en sécurité. Mais si un terroriste disparaissait, une poignée d'autres le remplaçait. Noah ne mentait pas sur ce point : les rangs de l'organisation terroriste ne cessait de grossir. Alors peut-être que ça voulait dire que c'était l'état qui posait problème, peut-être que c'était le système sur lequel fonctionnait le pays qu'il fallait changer. Mais comment faire entendre raison à des gens qui faisaient désespérément la sourde oreille. Noah aurait pu, autrefois, vouloir pour unique but de changer le monde. Mais il avait abandonné cette idée depuis longtemps, en constatant les risques qu'encourraient les terroristes en s'assumant comme tel. Il préférait s'amuser aujourd'hui, pour ne pas mourir vieux et triste. Alors peut-être qu'il serait seul, oui. Mais c'était sans doute préférable.

Alors qu'il s'apprêtait à lui répondre en ce qui concerne Tao et Ga Ram, et le fait qu'il les connaisse, Soo Mee opéra un retournement de situation qui ferma le clapet du terroriste. Après avoir envoyé son pied dans son tibia, avec une force de femme mais d'une femme brigadière, elle le poussa de sorte à le faire tomber au sol. Un grognement de douleur s'échappa de ses lèvres lorsque son dos heurta plutôt violemment le sol, et la surprise fut telle qu'il lâcha son arme, que la jeune femme récupéra aussitôt, la pressant sur son propre cou. Le chasseur était devenu la proie et la proie était devenue le chasseur. Noah était aussi agréablement surpris par ce changement de situation que contrarié : il n'aimait pas être en position d'infériorité, quelle que soit la situation dans laquelle il se trouvait. Etant un sadique de nature, c'était tout à fait justifié. « Ça fait chier. » lâcha-t-il vulgairement à sa question, réfléchissant déjà à un plan pour se sortir de cette merde.

Ce que Soo Mee ne savait certainement pas, c'est que le terroriste possédait bien plus qu'une seule et unique lame. Dans sa veste, il possédait tout un attirail de lames à en faire pâlir un collectionneur. Il lui suffisait désormais d'un geste pour désarmer la brigadière et en finir avec elle. Surtout qu'avec son poignet meurtri, elle était incapable de se défendre correctement. Et c'était la raison pour laquelle Noah n'allait pas la tuer : parce qu'elle avait un désavantage face à lui. Même si il était capable de planter un couteau dans le dos d'un camarade ou d'un ennemi, contre une femme de son calibre, il avait envie de voir jusqu’où se trouvait ses limites, ce qu'elle était capable d'accomplir en pleine possession de ses moyens. Lorsqu'elle lui raconta son histoire avec Ga Ram, un rictus dégoûté étira ses lèvres. Il pensait encore avoir tort sur le compte de Ga Ram, mais c'était se leurrer. Ga Ram était amoureux de Soo Mee. Et maintenant que cette information appartenait à Noah, il allait devoir mettre un terme à leur "relation".  « Oh, chérie...c'est triste, ça. Tu crois qu'il t'aime vraiment ? Alors qu'avec sa clique, il dit juste qu'il serait bien content de te sauter dans un coin de rue et de te foutre en cloque ? » C'était de la provocation pure, mais Noah avait senti son hésitation. La lame n'effleurait même pas la peau de son cou, elle n'était pas capable de lui faire du mal volontairement. Alors il allait l'aider un peu.
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Dim 22 Mar - 1:06


Elle n'allait pas pleurer ses cheveux, il lui en fallait plus que ça. D'accord elle était effrayée par la situation, mais elle avait bien compris qu'il ne voulait pas la tuer. Du moins pas ce soir, mais la prochaine fois, elle n'y couperait pas. Eh bien, elle l'attendrait. Le fixant froidement, elle ne voyait que la folie, le délire. Pour elle, tous les terroristes avaient au moins un quart de folie, pour accomplir des actes aussi dépourvus de sens, pour ne pas culpabiliser d'enlever des vies juste pour aller un peu plus loin dans leur guerre sainte contre ce qu'il appelait l'injustice. Leur injustice était sa justice à elle. Elle n'était peut-être pas neutre dans cette histoire, mais elle, elle ne voyait que les morts d'innocents, d'enfants dans cette histoire. Détruire le travail de toute une vie quand ils faisaient exploser des immeubles, des maisons. Ne jamais permettre à un enfant de revoir ses parents qui se rendent à leur travail en transports en communs en commettant un attentat dans une gare. Non, elle ne pouvait pas comprendre, ni oublier. Elle ne pouvait pas pardonner ces actes. Et c'était bien ça qui la torturait quand elle repensait à Garam. Elle avait mis sa conscience professionnelle au placard en le couvrant et en le revoyant et en ne ressentant que de la peine. L'amour était toujours là. Qu'importe leurs rôles opposés dans cette guerre.

« Tu crois que c'est ça la peine capitale ? La peine capitale c'est la peine de mort mon grand. Je suis sûre qu'elle sera remit à jour quand on énoncera au tribunal les horreurs que toi et tes camarades terroristes ont infligés à la population. Et ça, c'est si personne ne décide de se faire justice soi-même avant le procès. Si j'étais toi, je ferais bien attention à assurer mes arrières. » lança-t-elle, froidement, n'ayant pas peur de le menacer malgré sa position de victime. La brigadière jeta un coup d'oeil à son poignet meurtrie, s'il ne lui avait pas cassé c'était un miracle ou bien ça ne tenait qu'à un fil. Il fallait qu'elle réagisse. Et enfin, une faille. Bien qu'elle se savait complètement incompétente au combat au corps à corps, la jeune femme décida de réunir toute sa maigre force dans un coup de pied dans son tibia avant de se jeter sur lui. Elle n'avait pas peur de se faire mal, il allait couvrir sa chute vu qu'elle venait d'atterrir sur lui. Récupérant la lame qu'il avait fait tomber sous la surprise, elle la pressa contre le cou du garçon, le fixant, yeux dans les yeux. Alors qui chassait qui désormais ? Ça le faisait chier qu'elle ait pris le contrôle ? « Tant mieux. » siffla-t-elle.

Sans trop savoir pourquoi et bien qu'elle savait qu'elle ne devait pas rentrer dans son jeu, elle finit par lui raconter une partie de l'histoire. Surtout ce qu'il ne voulait pas attendre, que son collègue était tombé amoureux d'une brigadière, de l'ennemi numéro un. Et elle aussi par la même occasion. Il semblait dégoûté de l'apprendre. Elle s'en fichait bien, mais elle ne savait pas si c'était une très bonne idée de le lui avoir dit. Enfin elle se doutait bien que la majorité des terroristes travaillant avec Garam devait être au courant de sa mission et de son échec, mais elle ne savait rien sur ce qu'il avait raconté. La coréenne doutait quand même fortement qu'il ait clamé haut et fort qu'il l'aimait. Elle avait encore du mal à le croire elle-même sur ce point-là. Même si elle voulait croire plus fort que tout que son amour pour elle soit véritable. C'était peut-être plus facile de lui pardonner en sachant ça, non ? Regardant Noah, elle grinça des dents en l'entendant. Pardon ? Elle avait envie de lui trancher la gorge, mais son bras refusait de bouger. Sa main était refermée si fortement sur le manche de la lame que ses jointures blanchissaient à vue d'oeil. « Ta gueule connard. » Et tant pis pour la vulgarité, il venait de toucher un point très sensible. « Je ne pensais pas que cela te rendrait si jaloux de l'apprendre pour raconter des conneries pareilles. Tu es en manque d'amour c'est ça ? En même temps, qui pourrait aimer un monstre comme toi. Tu es bien comme Tao. Fou, cruel, sadique et profondément jaloux d'un bonheur qu'il ne pourra jamais avoir car c'est un monstre. » Elle approcha son visage du sien, les yeux noirs de colère et souffla contre ses lèvres. « Une dernière chose... je t'interdis de m'appeler chérie. » Elle se redressa légèrement, juste assez pour voir la lame à quelques millimètres de la peau du cou du terroriste. C'était contre ses principes. Mais cette colère, cette haine qui était en train de l'envahir. Après tout, il serait pas regretté. Non elle ne devait pas penser comme ça, elle n'était pas comme eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Mar 24 Mar - 15:30

C'était une brigadière comme toutes les autres. Obnubilée par les besoins de l'état avant les siens, elle avait subie un véritable lavage de cerveau comme on voyait dans toutes les sections militaires de nos jours. A apprendre qui est le méchant et le gentil dans l'histoire, à donner un rôle négatif ou positif à telle ou telle personne. Et au diable les intentions justifiées de cette personne, tant qu'elle résidait du mauvais coté, elle n'était qu'une pierre sur leur chemin. Noah retrouva sa lucidité l'espace de quelques instants, grâce aux paroles agressives mais pleines de sens de la jeune femme. « C'est vraiment ce que tu veux ? T'éloigner de Ga Ram pour ton travail, sans pouvoir concilier les deux ? » s'enquit-il en la regardant droit dans les yeux, la menace de l'arme sur son cou loin derrière lui. La plupart des brigadiers et même les académiciens étaient incapables de faire ce qu'ils voulaient, parce que leur travail les en empêchaient. Et même en faisant preuve d'un esprit impartial et de beaucoup de professionnalisme, il était impossible pour eux de ne jamais avoir rêvé, rien qu'une fois, de pouvoir allier deux opposés dans leur vie.

Noah connaissait la plupart des vices et des maux qui résidaient au coeur des personnes. Il avait vu des malades mentaux, des handicapés au plan physique, des tyrans et des empereurs bien trop proche de leurs populations pour pouvoir survivre. La maladie engendrait la rage et la frustration envers le monde, le manque d'argent accumulait le désir et l'envie, et l'égoïsme, dont il faisait par par exemple, poussait à blesser son entourage en les prenant pour la source du problème. Les humains étaient si faciles à comprendre, et si difficiles à changer pourtant. Il l'écouta parler lorsqu'elle lui expliqua dans quelle situation délicate il se trouvait, reposant simplement sa tête au sol, un sourire serein aux lèvres, pas du tout paniqué par le fait qu'elle pouvait lui ôter la vie d'une secondes à une autre. « Je me suis déjà résigné, je sais que je ne survivrais probablement pas à la prochaine guerre civile. » Et c'était vrai, Noah savait qu'à la prochaine grande guerre entre les forces de l'ordre et les terroristes, il serait le premier à y passer. Soit tué par "inattention" par un de ses camarades terroristes, soit "vendu" lâchement par un de ses camarades, soit tout simplement attrapé et éxécuté par la brigade. Quoi qu'il fasse, il était voué à ne pas avoir une longue vie, à part si bien sûr, il tirait sur les fils de ses marionnettes jusqu'au bout.

A vrai dire, Noah avait presque, et ce n'était qu'une infime partie de son être qui avouait cela, pitié de Soo Mee et Ga Ram. Parce que c'était de leur faute bien sûr de s'accrocher l'un à l'autre en refusant de laisser l'autre partir, que ce soit physiquement ou spirituellement. Mais c'était aussi une faute purement humaine que de ressentir des sentiments innapropriés envers une personne innaccessible. Combien d'écolières tombent amoureuses du même garçon et se battent pour lui, combien de femmes tombent amoureuses d'un homme marié qui les abandonnera à la fin de l'histoire. La vie en elle-même était remplie d'exemples de ce qui pourissait en chaque être humain. Noah avait tout vu, tout entendu. Il avait été le témoin d'une vie qui ne lui avait jamais rien offert d'appréciable, à lui ou à ses sens. Son sourire devint un rire amusé lorsqu'elle réagit positivement à sa provocation, par une insulte qui le laissa indifférent. « Ne m'en veux pas, je ne fais que dire la vérité. Pourquoi ne pas lui demander toi-même ? » Le rapprochement qu'elle fit de lui et Tao fit fronçer les sourcils au terroriste, qui l'espace d'un instant, en perdit sa répartie et se retrouva incapable de répondre quoi que ce soit d'intelligible à son attaque.

Parce qu'elle avait raison, après tout. Si Tao lui enseignait en ce qui concernait la torture, ce n'était pas pour rien. Ils étaient tous deux pareils, à part que Tao était le chef suprême parmi les terroristes, et que Noah n'était qu'un simple soldat parmi tant d'autres. Même si il espérait, des fois, rien qu'une fois, être un peu plus aux yeux de son mentor. Lui qui se refusait toujours à admettre qu'il aimait quelqu'un, il savait au fond de lui que Tao représentait quelqu'un d'important à ses yeux. Le père qu'il n'a jamais eu, surement. Parce que tout gosse ayant vécu sans présence masculine dans sa vie garde un traumatisme à vie de ce genre d'absence, et essaie de la combler avec ce qu'il peut. Mais Noah était conscient de l'amitié qu'il ressentait envers son maître, et c'était bien ce qui lui permettait de garder ses sentiments dans une bouteille, emprisonnés et sous contrôle. « Les monstres ne se cachent pas que sous les lits des enfants, vous plus que d'autres devriez bien le savoir. » souligna-t-il avec un visage sérieux, son sourire avalé depuis longtemps. « Mais tu vois, c'est ça qui nous fera gagner, quoi qu'il arrive. Parce que comme tu dis, nous sommes des monstres. Et les monstres n'ont pas besoin de sentiments, et lorsqu'ils en ressentent, ils les consument dans leur folie. La différence entre toi et moi est là. Je ne reculerais pas devant ma mission pour des sentiments. »asséna-t-il d'un ton dur et tranchant, relevant sa tête de sa propre initiative, la peau de son cou s'arrachant sous le métal froid de la lame qu'elle tenait encore.  Elle commençait à cerner son caractère désormais, parce qu'il s'était dévoilé de lui-même, sans aucun renfort ou couverture particulière. Il était temps pour lui de mettre un terme à cette entrevue, qu'elle le veuille ou non.

Quoi que, dans son état, il vaudrait mieux pour elle qu'il s'en aille maintenant, avant de la blesser plus grièvement et de l'envoyer à l'hôpital pour plusieurs semaines. Soudain, Soo Mee se releva légèrement, ses yeux rivés sur la lame au cou du terroriste. Ce dernier sentit que c'était le moment de réagir : elle adoptait son état d'esprit, et si ça continuait comme ça, elle finirait vraiment par l'égorger dans cette ruelle sans trop de remords. Il releva ses jambes pour frapper les genoux de la brigadière violemment, pour la repousser de lui. Dés qu'il fut debout, le terroriste attrapa les lames dans sa veste, qu'il jeta en direction de la jeune femme : certains éraflèrent sa peau, d'autres manquèrent complètement leur cibles, et d'autres encore ne firent que déchirer ses vêtements. Rapide et agile comme un renard, le terroriste attrapa le sac de la brigadière, pour le lançer dans la direction opposée de la rue, autre que celle ou il comptait s'enfuir. Pas d'armes à feu, pas moyen de le tuer à distance. Haletant doucement à cause de leurs soudaines actions, il repoussa ses cheveux noirs de son visage, qui ne cessaient d'encombrer son champ de vision. « On en reste là ? Je dirais bien que c'était un plaisir de te rencontrer, mais je mentirais. » plaisanta-t-il, reculant déjà pour s'éloigner. Finalement, après avoir fixé Soo Mee longuement, il prit ses jambes à son cou, et disparut dans la nuit, les mains pressés sur son cou pour éviter à l'hémorragie de devenir trop importante.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
▼ Messages : 142
▼ Points : 2
▼ Age : 78
▼ Date d'inscription : 01/03/2015
avatar
Baek Soo Mee
COMMANDANT
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   Sam 28 Mar - 1:38


Qu'il remette toujours Garam sur le tapis commençait vraiment à l'énerver au plus haut point. Elle qui avait naïvement pensé qu'elle arriverait à oublier cette histoire, mais ça c'était avant que le nord-coréen ne revienne la voir il y a quelques jours. Mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi cela tenait tant à « cœur » à Noah ? Il n'avait rien à avoir dans cette histoire, rien ne le concernait. Pourtant il s’immisçait dans leur histoire comme s'il allait pouvoir changer quelque chose. Jalousie peut-être ? Mais elle en doutait fortement. En tout cas, ce qu'elle avait remarqué, c'était qu'il n'appréciait pas du tout leur histoire, savoir qu'il y avait encore un lien entre eux semblait l'horripiler. « Qu'est-ce que cela peut bien te faire de ce que je veux vraiment, hein ? Ça ne te regarde en rien. » siffla-t-elle le regard planté dans le sien, la lame toujours pressée contre le cou du garçon. Elle se sentait incapable d'aller au bout de son geste, de sa pensée. Soo Mee ne pouvait tout simplement pas faire ce qu'il avait facilement commencé sur elle. Trancher la peau lui semblait infaisable. Et en même temps, il avait installé une réflexion en elle. Concilier les deux ? Son travail et Garam, alors qu'ils étaient intimement liés ? Son boulot était d'attraper les terroristes, groupe dont faisait parti son ancien amant. Comment cela pouvait-il marcher ?

Observant de haut le jeune homme, elle fut surprise par sa passivité et sa nonchalance. Ça le faisait chier qu'elle ait prit le contrôle, mais cela ne l'angoissait pas du tout. En l'entendant, elle n'avait pas du tout de mal à l'imaginer en tant que kamikaze et s'en était d'autant plus effrayant. Il était imprévisible, en plus d'être fou et sadique. « Si ça peut te rassurer, je ne bougerais pas d'un poil si tu es pris d'assaut par une foule en colère, même sous mon nez. Comme ça tu auras plus vite ce que tu désire. » La mort, c'est tout ce qu'il méritait à ses yeux. Elle n'avait jamais pensé de cette façon envers les terroristes en général, hormis Tao bien entendu, mais lui c'était un cas particulier. C'était la première fois qu'un de ses hommes arrivaient à la mettre autant hors d'elle, dans une rage folle, elle la sentait grandir en elle, elle la sentait vouloir sortir, s'exprimer sans limite. Mais la brigadière était encore assez forte pour contenir tout ça. Balayer un tas de principes et de valeurs ne pouvaient pas se faire en un claquement de doigts. Pourtant elle crut bien pouvoir déplacer la lame en travers de son cou lorsqu'elle l'entendit mentionner Garam de nouveau. Cette vulgarité, cette façon de parler, si elle avait été un peu moins en colère, elle aurait compris qu'il mentait. Le nord-coréen ne parlait pas de cette façon. Mais son esprit encore dans l'idée qu'il aurait pu lui cacher entièrement sa personnalité, avait retenu mot pour mot ce que Noah venait de lui dire. « Comme si un terroriste pouvait dire la vérité. » siffla-t-elle, furieuse avant de rajouter. « Je me ferais une joie d'aller le voir pour éclaircir ce point. » Il allait la sentir passer cette conversation et qu'il ne tente même pas de l'amadouer.

À vrai dire, lorsqu'elle avait comparé son vis-à-vis et Tao, elle n'avait pas eu tort. Tous les deux aussi fous, sadiques et sans aucune compassion pour ceux qui ne partageaient pas leurs idéaux, ils étaient tous bons à envoyer en prison et même dans le couloir de la mort. Des monstres oui, c'était tout ce qu'ils étaient. Noah ne semblait pas s'en offusquer, approuvant même cette appellation vu qu'il les mentionna comme tel. Elle allait répondre sauf que sa réaction la surprit. Quand elle le vit se redresser, elle écarquilla les yeux en voyant que de lui-même il s'infligeait la blessure qu'elle avait tant hésité à lui faire au niveau du cou. Du sang coula sur ses doigts et elle resserra néanmoins la prise sur le manche, sa main était prise de léger spasmes. « T'es complètement fou. » souffla-t-elle. Et sans aucune émotion, ni peur, ni compassion, ni regret, ça elle venait de le comprendre. Se redressant légèrement, le regard fixé sur son cou, elle hésitait. Et tout comme elle l'avait fait quand il avait hésité il y a quelques minutes, il en profita, à son avantage. La jeune femme se retrouva projeté un peu plus loin, sans comprendre comment, atterrissant sur son poignet. Serrant les dents,  elle se recroquevilla en voyant les lames arriver vers elle pour éviter qu'une d'elle ne la touche trop gravement. Soo Mee gémit de douleur quand certaines lames arrivèrent à érafler sa peau sur plusieurs endroits. Soufflant, elle redressa la tête en entendant un bruit au loin. Il venait de jeter son sac à plusieurs mètres d'elle. Le fixant, elle bouillonnait de rage. « C'est ça dégage. Dégage avant que ce ne soit moi qui te tue connard. T'as vraiment pas intérêt à recroiser ma route. » cracha-t-elle. Elle fixa sa blessure à son cou, si ça se trouve, il allait se vider de son sang avant de se mettre en sécurité. Tant mieux, ça fera un terroriste de moins sur cette Terre. Le regardant détaler, elle bascula sa tête en arrière pour qu'elle rencontre le mur. Sa respiration était saccadée et elle n'avait pas la force de bouger pour le moment. Mais qu'il ne s'inquiète pas, elle allait guérir, se renforcer et utiliser cette rage qu'il venait de créer contre lui. C'était un homme mort.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the kids in the dark never sleep ✞Somee   

Revenir en haut Aller en bas
 

the kids in the dark never sleep ✞Somee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  ::  :: Corbeille :: Sujets abandonnés-